Wauquiez (UMP) : «Le rapprochement avec le centre, une profonde erreur»

le
6
Wauquiez (UMP) : «Le rapprochement avec le centre, une profonde erreur»
Wauquiez (UMP) : «Le rapprochement avec le centre, une profonde erreur»

Chef de file de la Droite sociale, Laurent Wauquiez critique la gestion Copé et refuse la stratégie d'alliance avec le centre.

Vous êtes silencieux depuis le départ de la présidence de l'UMP de Jean-François Copé, en pleine affaire Bygmalion. Pourquoi ?

LAURENT WAUQUIEZ. Je n'aime pas la chasse à l'homme, ni les postures de certains qui jettent la dernière pierre au moment où quelqu'un tombe. Jean-François Copé a pris du champ et c'est une bonne chose. Après, chacun connaît les différences profondes que j'ai pu avoir avec lui. Les politiques français sous-estiment à quel point les scandales financiers à répétition nous abîment. Je refuse cette fatalité : la Suède ou l'Allemagne les ont bien arrêtés.

85 % des Français dans notre sondage jugent négativement son bilan à l'UMP. Et vous ?

Le parti ressort de sa présidence plus affaibli. Certes, il a eu du courage sur certains thèmes, mais sa rivalité avec François Fillon nous a beaucoup coûté, le climat des affaires nous a tirés vers le bas. Et au lieu de n'être qu'une opposition qui s'oppose, il aurait fallu réfléchir à nos échecs et mettre des idées neuves sur la table. Dans un pays qui exige du changement, on ne peut pas se contenter de ressasser les potions d'hier. Pour ne pas l'avoir fait, nous avons été sanctionnés dimanche dernier.

Le triumvirat Fillon-Juppé-Raffarin à la tête de l'UMP par interim, c'est la bonne formule ?

Elle a en tout cas le mérite de l'apaisement. Mais la vraie réponse, ce n'est pas la gestion du parti, c'est ce qu'on propose sur le fond : une vraie différence entre travail et assistanat, arrêter la destruction de l'intégration républicaine par le communautarisme, mieux réguler l'immigration devenue beaucoup trop importante, changer une Europe à 28 trop diluée, refaire une politique industrielle avec un protectionnisme moderne... Le pire serait une droite qui ne dit plus rien. Notre échec, c'est de ne pas en avoir assez ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3493130 le samedi 31 mai 2014 à 10:57

    Il faut mettre des mots sur "choses". QU'allons nous changer dans le fonctionnement de l'état? Où allons nous trouver les économies? Moins de parlementaires,de ministres, de membres des cabinets, moins de voitures et chauffeurs moins d'administration territoriales etc. Protectionnisme intelligent, trop naïf notre système et cela demande du courage pour dire stop.

  • 2445joye le samedi 31 mai 2014 à 10:44

    Ses propositions, pleines de bon sens, ressemblent de manière frappantes à celles du FN. D'où sa conclusion concernant le rapprochement avec le centre.

  • 18219615 le samedi 31 mai 2014 à 09:37

    S'il passe aussi vite sur les sujets qu'il passait dans les Agences de Pôle Emploi ,voilà encore un Énarque d'Establishment.

  • M4426670 le samedi 31 mai 2014 à 08:52

    D'accord sur l'analyse.

  • JODHY le samedi 31 mai 2014 à 08:07

    entièrement d'accord

  • M3553345 le samedi 31 mai 2014 à 07:16

    BRAVO