Wauquiez, le ministre qui a su semer ses idées

le
0
Il était pressenti pour être porte-parole de Sarkozy. Mais il dit préférer la « parole autonome » aux « éléments de langage ».

Il s'était fait chiper, fin 2010, la préparation du projet de l'UMP. Il y a quelques semaines, il était encore pressenti pour devenir le porte-parole de la campagne de Nicolas Sarkozy, poste finalement confié à Nathalie Kosciusko-Morizet. Dans la course aux ambitions, Laurent Wauquiez a raté plusieurs fois son départ. Mais, curieusement, le jeune ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche n'a pas le moindre regret. «La fonction de porte-parole de la campagne, je ne me suis pas battu pour l'avoir, confie-t-il. Ce n'est pas là où je suis bon. Je suis meilleur dans une parole autonome que dans une parole d'éléments de langage.» Wauquiez ajoute, un brin revanchard: «En politique, il y a trop de petites phrases et pas assez de convictions. En politique, on est plus utile en assumant ses convictions qu'en étant dans le rôle de l'aboyeur.»

«Dérives de l'assistanat», formation des chômeurs, contrepartie demandée aux bénéficiaires du RSA, taxation des exilé

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant