Washington « très préoccupée » par les allégations d'usage d'armes chimiques en Syrie

le
0
A Idlib, le 6 août.
A Idlib, le 6 août.

Interrogée ces dernières semaines sur des accusations de recours à l’arme chimique, l’administration américaine ne les a jamais confirmées officiellement.

Les Etats-Unis se sont alarmés jeudi 11 août de la multiplication de l’usage présumé d’armes chimiques en Syrie. L’administration américaine reste toutefois très prudente dans ses déclarations sur le sujet, se refusant de confirmer officiellement tout recours à ce type de dispositif dans le conflit qui ravage le pays depuis plus de 5 ans.

« Nous examinons les informations selon lesquelles des armes chimiques auraient été utilisées contre des civils à Alep », a expliqué la porte-parole du département d’Etat Elizabeth Trudeau à propos d’une attaque qui aurait fait mercredi quatre morts et des dizaines de blessés. « Nous prenons ces éléments très au sérieux. Nous condamnons, comme nous l’avons fait dans le passé, tout recours aux armes chimiques », a-t-elle ajouté.

Possible utilisation de chlore Le gouvernement Obama est à l’origine, avec la Russie, d’une résolution des Nations unies adoptée fin 2013 et qui prévoit le démantèlement de l’arsenal d’armes chimiques de Damas. La diplomate américaine n’a pas voulu « confirmer » l’attaque à Alep, mais elle a souligné que les Etats-Unis « étaient très préoccupés par l’augmentation du nombre d’allégations » d’usage de ce type de dispositif au cours des dernières semaines.

S’il se confirmait que le régime du président Bachar Al-Assad avait de nouveau utilisé des armes chimiques, cela constituerait une « violation » de la résolution du Conseil de sécurité de l’ONU, a insisté Mme Trudeau.

Le 3 août, l’Organisation pour l’interdiction...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant