Washington songe à envoyer davantage de forces spéciales en Syrie

le
0
    par Phil Stewart, Warren Strobel et Jonathan Landay 
    WASHINGTON, 2 avril (Reuters) - Washington songe à augmenter 
le nombre de fores spéciales sur le sol syrien afin de 
consolider les succès enregistrés ces derniers temps contre 
l'Etat islamique et hâter la défaite de ce dernier, ont déclaré 
des responsables américains à Reuters. 
    Ces responsables, qui s'exprimaient sous le sceau de 
l'anonymat, ont refusé de chiffrer le projet, mais l'un d'entre 
eux a déclaré que s'il était mené à bien, le nombre de membres 
des forces spéciales en Syrie serait multiplié par rapport à son 
niveau actuel. 
    Pour l'heure, une cinquantaine de membres de forces 
spéciales sont sur le terrain où ils assurent des tâches de 
conseil, à distance des lignes de front. 
    Le projet fait partie d'une série d'options à la disposition 
du président américain qui réfléchit également à augmenter le 
nombre de soldats présents sur le sol irakien. Contactée par 
Reuters, une porte-parole de la Maison blanche a refusé de faire 
le moindre commentaire. 
    Selon des responsables américains, la dynamique est 
actuellement est clairement défavorable aux djihadistes tant en 
Syrie, où ils ont abandonné la ville de Palmyre, qu'en Irak, où 
ils ont enregistré plusieurs revers depuis la perte de Ramadi. 
    Depuis que des forces soutenues par les Etats-Unis sont 
parvenues à s'emparer de la ville d'Al Chadadi fin février, un 
nombre en constante augmentation de combattants arabes ont 
proposé de se joindre à leur combat. 
    Parallèlement, l'armée américaine a enregistré un certain 
nombre de succès en éliminant des personnalités de l'Etat 
islamique, qu'il s'agisse d'Abd al Rahmane Moustafa al Kadouli 
ou d'Abou Omar al Chichani, considéré par le Pentagone comme le 
"ministre de la guerre" de l'organisation.   
    Les Etats-Unis ont annoncé en décembre qu'ils déploieraient 
des forces spéciales en Irak pour y mener des raids contre 
l'Etat islamique sur les sols irakiens et syriens. Cet 
déploiement est intervenu après celui, en octobre, de dizaines 
de membres des forces spéciales en Syrie, une première dans le 
pays.   et   
    Les nouveaux contingents de forces spéciales seraient dans 
un premier temps affectés à l'établissement de sites où seraient 
formés des combattants arabes qui se sont portés volontaires 
pour combattre l'Etat islamique. Ces hommes pourraient également 
être armés ce qui serait une première étape en vue de la 
formation d'une coalition destinée à s'emparer de Rakka, 
capitale officieuse de l'Etat islamique, avec un appui aérien 
américain. 
    Les militaires actuellement en Syrie travaillent étroitement 
avec une série de groupes arabes syriens regroupés au sein d'une 
alliance qui reste dominée par les forces kurdes. 
    Si cette stratégie semble pour l'heure porter ses fruits, 
Américains et Kurdes semblent d'avis qu'il sera nécessaire de 
former une force majoritairement arabe pour reprendre Rakka, une 
ville arabe dont les habitants pourraient considérer les Kurdes 
comme des occupants. 
 
 (Nicolas Delame pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant