Washington, Séoul et Tokyo mettent Pyongyang en garde

le
0
    WASHINGTON, 1er avril (Reuters) - Les dirigeants américain, 
japonais et sud-coréen se sont rencontrés jeudi à Washington en 
marge du sommet sur la sécurité nucléaire et se sont engagés à 
coopérer face aux menaces que fait peser le programme atomique 
de la Corée du Nord. 
    Barack Obama, qui a reçu le Premier ministre japonais, 
Shinzo Abe, et la présidente sud-coréenne, Park Geun-hye a 
déclaré que les trois pays étaient convenus d'approfondir leur 
coopération.  
    La présidente Park a indiqué que les dirigeants avaient 
évoqué les moyens d'empêcher la Corée du Nord -- qui a procédé 
en janvier à son quatrième essai nucléaire depuis 2006 -- de 
développer son programme nucléaire militaire. 
    Barack Obama s'est également entretenu séparément avec son 
homologue chinois, Xi Jinping et les deux hommes ont ensuite 
réclamé la pleine application des dernières mesures décidées par 
les Nations unies. 
    Le président chinois n'a toutefois pas donné l'impression de 
vouloir aller au-delà de la résolution d'inspiration 
sino-américaine qui alourdit de façon drastique les sanctions 
imposées à la Corée du Nord en réponse à l'essai nucléaire du 6 
janvier.   
    "Nous unissons nos efforts pour dissuader la Corée du Nord 
de se livrer à de nouvelles provocations", a déclaré Barack 
Obama après avoir rencontré Shinzo Abe et Park Geun-hye. 
    Malgré les tensions existant entre Pékin et Tokyo, les deux 
pays partagent les mêmes préoccupations vis-à-vis de Pyongyang 
qui a mené en janvier un quatrième essai nucléaire et lancé en 
février une fusée dans l'espace. 
    Xi Jinping a souligné que si Pékin et Washington divergent 
sur certains sujets, la Chine et les Etats-Unis échangent de 
manière "constructive et coordonnée" sur le dossier nord-coréen. 
    La Chine estime cepandant que les sanctions ne sont pas une 
solution et que seule la reprise de discussions internationales 
est susceptible d'apaiser les tensions avec le régime de 
Pyongyang. 
    Xi Kinping a appelé à la reprise de discussions sur la 
dénucléarisation de la péninsule coréenne tout en demandant à 
toutes les parties en présence de se dispenser d'alimenter les 
tensions, a dit un responsable du ministère chinois des Affaires 
étrangères. 
    Le président chinois faisait là implicitement référence au 
projet de défense aérienne que les Etats-Unis veulent installer 
en Corée du Sud et auquel la Chine est fermement opposée, 
expliquant qu'aucune partie ne devait se mêler des intérêts d'un 
autre pays et ne pas risquer de rompre l'équilibre stratégique 
régional. 
    Les réunions de jeudi se sont déroulées alors que les 
dirigeants d'une cinquantaine de pays se sont réunis à 
Washington pour évoquer la sécurité nucléaire et notamment la 
sécurisation du matériel sensible pour éviter qu'il ne soit 
utilisé par des organisations terroristes. 
    Ce sommet se tient sans le président russe, Vladimir 
Poutine, une absence remarquée qui laisse planer un certain 
nombre de doutes sur le succès de l'opération. 
 
 (Jeff Mason, Matt Spetalnick et Ben Blanchard,; Eric Faye et 
Nicolas Delame pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant