Washington renoue avec la Birmanie

le
0
Après l'Union européenne, les États-Unis envoient un ambassadeur et autorisent le commerce avec Naypyidaw.

À Bangkok Le régime birman peut se frotter les mains: sa stratégie de séduction des États-Unis a parfaitement fonctionné. Mercredi, après 22 ans de silence diplomatique entre les deux pays, un ambassadeur américain a pris ses fonctions en Birmanie. Derek Mitchell, spécialiste de l'Asie, succède à Burton Levin, rappelé en 1990 après que la junte militaire décidait d'ignorer le résultat d'élections remportées haut la main par le parti de l'opposante Aung San Suu Kyi.

Pour le nouveau gouvernement birman, composé en majorité de généraux de l'ancienne dictature, cet assouplissement de la position de Washington était l'objectif numéro un de sa politique de réformes.

Derek Mitchell, nouvel ambassadeur américain, a pris ses fonctions en Birmanie, 22 ans après le départ du dernier représentant des États-Unis
Derek Mitchell, nouvel ambassadeur américain, a pris ses fonctions en Birmanie, 22 ans après le départ du dernier représentant des États-Unis

Derek Mitchell, nouvel ambassadeur américain, a pris ses fonctions en Birmanie, 22 ans après le départ du dernier représentant des États-Unis Crédits photo : U.S. State Department

Naypyidaw engrange décidément les succès: après l'Union européenne, qui a levé fin avril pour un an ses sanc

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant