Washington rapatrie les familles de ses diplomates au Liberia

le
0

WASHINGTON, 8 août (Reuters) - Les Etats-Unis ont ordonné jeudi le rapatriement des familles de leurs diplomates en poste au Liberia en raison de l'épidémie de virus Ebola. Le département américain d'Etat déconseille également les déplacements "non essentiels" dans ce pays d'Afrique de l'Ouest. En revanche, Washington va renforcer sa présence pour aider le gouvernement libérien à faire face à l'épidémie. Une vingtaine de spécialistes du Centre pour le contrôle et la prévention des maladies et de l'agence fédérale d'aide USAid vont y être déployés, a précisé la porte-parole du département d'Etat, Marie Harf. "La dernière flambée de l'épidémie a submergé le système de santé du Liberia et la plupart des centres de santé manquent du personnel ou des ressources suffisants pour faire face à la transmission du virus", souligne le département d'Etat. La présidente du Liberia, Ellen Johnson-Sirleaf, a déclaré mercredi soir l'état d'urgence pour une période de 90 jours tandis que son ministre de la Santé, Augustine Kpehe Ngafuan, a confié dans une interview accordée à Reuters que le système de santé était en train de s'effondrer du fait des conséquences de la propagation du virus. (voir ID:nL6N0QD799 ) (David Storey; Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant