Washington publie ses directives sur l'utilisation des drones

le
0
 (Précision §3, réaction d'Amnesty §6) 
    WASHINGTON, 6 août (Reuters) - Le gouvernement américain a 
déclassifié plusieurs documents concernant l'utilisation des 
drones militaires dont la directive présidentielle à ce sujet, 
annonce samedi l'Union américaine pour les libertés civiles 
(Aclu).  
    La publication par l'Aclu du "Presidential Policy Guidance", 
ainsi que d'autres documents du département de la Défense, fait 
suite à une injonction de la justice prise en février dernier, 
après le dépôt d'un recours de l'Aclu s'appuyant sur le droit à 
l'information.  
    Selon ces documents, des frappes contre des "cibles 
terroristes de haute valeur" peuvent être effectuées "quand il 
existe une quasi-certitude" que la personne visée est présente, 
et qu'aucun civil ne sera blessé ou tué. Elles sont, ajoutent 
les textes, nécessaires pour "atteindre les objectifs de 
politique américaine".  
    "Nous saluons la publication de ces documents, en 
particulier la directive présidentielle qui établit le cadre de 
la campagne de drones depuis mai 2013", a déclaré Jameel Jaffer, 
directeur juridique adjoint de l'Aclu, dans un communiqué.  
    "Cette publication alimentera désormais un débat en cours 
sur la légalité et la sagesse des politiques de lutte 
antiterroriste du gouvernement", a-t-il ajouté.  
    Naureen Shah, directeur d'Amnesty International-USA pour la 
sécurité et les droits de l'homme, s'est également félicité de 
cette publication mais a ajouté qu'elle ne levait qu'une partie 
du voile. "Nous savons extrêmement peu de choses sur les normes 
qui président aux frappes dites de signature et aux soi-disant 
frappes de secours, qui recouvrent peut-être des exécutions 
illégales", a-t-il dit.  
    Le gouvernement fédéral défend l'usage de drones qu'il juge 
essentiels pour lutter contre Al Qaïda ou d'autres groupes armés 
dans des pays comme l'Afghanistan, le Pakistan ou le Yémen. Les 
frappes de drones tuent parfois des civils, nourrissant la 
colère des populations.  
    En avril dernier, Barack Obama a assuré que les modalités 
d'utilisation des drones étaient constamment réexaminées, en 
reconnaissant des "critiques légitimes" sur le cadre légal de 
ces pratiques.  
     
 
 (Lesley Wroughton; Jean-Stéphane Brosse pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant