Washington : Netanyahu en campagne contre l'accord sur le nucléaire iranien

le
0
Washington : Netanyahu en campagne contre l'accord sur le nucléaire iranien
Washington : Netanyahu en campagne contre l'accord sur le nucléaire iranien

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu lance son offensive ce lundi à Washington pour tenter de torpiller l'accord sur le nucléaire iranien que les Etats-Unis veulent au contraire boucler d'ici un mois.

Arrivé dimanche soir pour une visite éclaire, Benjamin Netanyahu s'est déclaré lui-même «en mission historique» en terre américaine afin de dire tout le mal qu'il pense du règlement qui se prépare entre les grandes puissances et l'Iran et qui doit garantir que la République islamique ne fabrique jamais la bombe atomique.

L'Etat hébreu, ennemi de la puissance chiite, ne veut pas entendre parler de cet accord et son chef de gouvernement devrait le dénoncer ce lundi devant 16 000 délégués du groupe de pression American Israel Public Affairs Committee (Aipac) qui tient sa conférence annuelle à Washington jusqu'à mardi.

Benjamin Netanyahu doit aussi solennellement s'adresser au Congrès le même jour, à l'invitation du président républicain de la Chambre des représentants John Boehner.

Une initiative montée dans le dos de l'administration démocrate du président Barack Obama. Ulcérée, la Maison Blanche a fustigé la semaine dernière un geste «destructeur pour les bases mêmes des relations américano-israéliennes» déjà glaciales depuis des mois.

Face à cette offensive diplomatique, Samantha Power, l'ambassadrice des Etats-Unis aux Nations unies, a tenu ce lundi après-midi à affirmer que Washington empêchera Téhéran d'obtenir la bombe atomique et protégera la sécurité de son allié israélien. Les «odieuses attaques» contre la «légitimité» d'Israël doivent «cesser», a-t-elle martelé. La relation américano-israélienne «transcende la politique» américaine, a assuré Samantha Power.

Israël persuadé que l'Iran pourra toujours se doter de la bombe atomique

De son côté, l'allié israélien assure ne pas chercher le conflit avec le président Obama, dont les relations personnelles ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant