Washington : Hollande accueilli avec faste par les Obama

le
0
Washington : Hollande accueilli avec faste par les Obama
Washington : Hollande accueilli avec faste par les Obama

François Hollande a été accueilli en grande pompe par Barack et Michelle Obama à la Maison Blanche mardi soir pour participer à un dîner d'Etat, au deuxième jour de sa visite d'Etat. Le président français est arrivé seul peu après 19 heures et a été chaleureusement accueilli par le couple présidentiel américain. Après avoir pris la pause sur le parvis nord, avec les époux Obama il s'est dirigé vers les salons de la Maison Blanche avant de rejoindre les 300 invités réunis sous une vaste tente dressée dans les jardins.

François Hollande dînait entre Barack et Michelle Obama, qui portait une longue robe bleu et un bustier noir. C'est Thelma Golden, directrice d'un musée d'art contemporain à Harlem, qui occupait l'autre siège au côté de Barack Obama, une place parfois dévolue à la Première dame du pays accueilli.

Lors des toasts, le président Obama a emprunté à Alexis de Tocqueville (1805-1859) pour plaisanter sur la multitude de choses que les Américains sont capables de «se fourrer dans l'estomac». «Certaines choses ne changent pas», a-t-il encore plaisanté, rappelant l'expérience de son hôte français dans les fast food américains pendant ses études. Les Américains, a-t-il remarqué dans un sourire, aiment tout ce qui est français, «les films, la nourriture, le vin... surtout le vin», mais «avant tout, nous aimons nos amis français parce qu'ils sont restés à nos côtés pour notre liberté pendant plus de 200 ans».

Washington (Etats-Unis), mardi soir. Barack Obama et François Hollande échangeant les toasts. AFP/Brendan Smialowski

En réponse, François Hollande a souligné que la France et les Etats-Unis «partagent des valeurs universelles mais aussi de grands sentiments l'un pour l'autre». «Vous aimez la France, vous ne le dites pas toujours parce que vous êtes timides, les Américains, vous vous retenez», a-t-il plaisanté, «mais nous aimons les Etats-Unis», la relation étant ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant