Washington cherche à rassurer Israël face à l'Iran

le , mis à jour à 19:49
0

JERUSALEM, 9 juin (Reuters) - Le chef d'état-major des forces armées américaines, le général Martin Dempsey, a cherché mardi à rassurer les autorités israéliennes face à l'Iran et à ses ambitions nucléaires, qu'un accord soit conclu ou non entre le Groupe P5+1 et la République islamique. En visite en Israël, le général Dempsey a souligné les bonnes relations entre les Etats-Unis et l'Etat hébreu, notamment sur les questions de défense. Israël, qui dispose sans le reconnaître officiellement du seul arsenal nucléaire au Proche-Orient, estime que le projet d'accord sur le nucléaire iranien n'est pas suffisant pour empêcher Téhéran de se doter un jour de la bombe atomique. "Si un accord est trouvé (sur le nucléaire iranien), il y aura du travail à faire. S'il n'y a pas d'accord, il y aura aussi du travail à faire", a dit Martin Dempsey à des journalistes à Jérusalem. "Je pense que nous avons suffisamment confiance les uns dans les autres -- de militaires à militaires -- et que nous sommes en mesure de faire ce travail", a-t-il ajouté. Auparavant, le ministre israélien de la Défense, Moshe Yaalon, s'était dit préoccupé par la livraison d'armes américaines perfectionnées aux pays du Golfe, dont l'objectif est de contenir les ambitions iraniennes mais qui pourrait à terme remettre en cause la suprématie militaire d'Israël dans la région. "Même s'il n'y a aucun dessein hostile à notre encontre aujourd'hui (de la part des monarchies sunnites), nous savons que les intentions au Moyen-Orient sont sujettes au changement. Cette capacité existera certainement un jour et il faut s'y préparer", a déclaré Moshe Yaalon lors de la conférence annuelle d'Herzliya, près de Tel Aviv, sur la politique internationale. Le ministre israélien a plaidé pour le maintien de l'"avantage (militaire) qualitatif" normalement accordé à Israël par les Etats-Unis, leur principal allié. "Les pays du Golfe s'équipent, principalement avec de l'armement occidental, américain, en réalisant qu'ils auront besoin de capacités défensives pour rivaliser avec la nouvelle situation en Iran", a dit Moshe Yaalon, par allusion à une possible levée des sanctions contre Téhéran en échange d'un encadrement de ses activités nucléaires. "Evidemment, cela nous pose un défi, et le maintien de ce qu'on appelle l'avantage qualitatif de l'Etat d'Israël face à cette course aux armements régionale est d'une importance capitale", a poursuivi le ministre israélien de la Défense. De nombreuses pétromonarchies du Golfe possèdent déjà des armes sophistiquées dans leur arsenal et comptent encore améliorer leurs capacités de défense dans des domaines comme la défense antimissile, la cybersécurité ou le contre-terrorisme. (Phil Stewart et Dan Williams; Jean-Stéphane Brosse et Guy Kerivel pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant