Washington arrache une reprise des pourparlers israélo-palestiniens

le
0
Washington arrache une reprise des pourparlers israélo-palestiniens
Washington arrache une reprise des pourparlers israélo-palestiniens

Au point mort depuis septembre 2010, les négociations de paix israélo-palestiniennes devraient reprendre dès la semaine prochaine à Washington. C'est l'accord de principe qu'a réussi à arracher vendredi in extremis le secrétaire d'État américain John Kerry au terme de son sixième voyage dans la région.

«Un accord est en cours de finalisation, nous n'allons donc absolument pas parler de ses éléments pour l'instant», a-t-il dit, précisant qu'il se réunirait avec le négociateur palestinien Saëb Erakat et la ministre israélienne de la Justice Tzipi Livni, en charge des négociations de paix. Il a rendu hommage au «leadership courageux» du président palestinien Mahmoud Abbas et du Premier ministre israélien Netanyahu.

Comme attendu, le Hamas, au pouvoir dans la bande palestinienne de Gaza, a rejeté la reprise des négociations. Un porte-parole du mouvement réaffirmé que «Mahmoud Abbas n'a aucune légitimité pour négocier au nom du peuple palestinien sur des questions fondamentales».

John Kerry a conclu quatre jours d'intense activité diplomatique par une visite de dernière minute à Ramallah (Cisjordanie), après des discussions avec Saëb Erakat dans la capitale jordanienne vendredi matin, pour rencontrer le président Abbas, avec lequel il s'était déjà longuement entretenu mardi et mercredi à Amman. La présidence palestinienne a salué l'accord mais souligné qu'il restait des «détails à régler». Du côté israélien, Tzipi Livni s'est félicitée que «quatre ans de marasme diplomatique touchent à leur fin».

Une référence aux frontières de 1967

Jeudi encore, les pourparlers semblaient encore mal engagés, les Palestiniens demandant «une référence claire aux frontières de 1967, l'arrêt de la colonisation et des éclaircissements sur la question de la libération des prisonniers». Des revendications immédiatement rejetées par le vice-ministre israélien des affaires étrangères, Zeev Elkin, qui a ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant