Washington accuse Poutine d'avoir des intérêts dans le pétrole

le
1
VLADIMIR POUTINE ACCUSÉ PAR WASHINGTON D'AVOIR DES INTÉRÊTS DANS LE PÉTROLE
VLADIMIR POUTINE ACCUSÉ PAR WASHINGTON D'AVOIR DES INTÉRÊTS DANS LE PÉTROLE

par Dmitry Zhdannikov

NEW YORK (Reuters) - Les sanctions de Washington contre les oligarques proches de Vladimir Poutine visent presque directement le président russe lui-même, accusé par les Etats-Unis d'avoir des intérêts personnels dans l'entreprise Gunvor, numéro quatre mondial du courtage pétrolier.

Parmi les personnes sanctionnées jeudi par les Etats-Unis pour leur rôle dans l'intervention russe en Ukraine et l'annexion de la Crimée figure Guennadi Timtchenko, un proche de longue date de Vladimir Poutine qui était jusqu'à cette semaine le copropriétaire de Gunvor, une société de courtage basée à Genève qui traite près de 3% du pétrole mondial.

En détaillant les sanctions, le département du Trésor a abordé frontalement d'une phrase l'un des aspects les plus controversés de la gouvernance de Vladimir Poutine : ses liens directs présumés avec l'industrie russe du pétrole.

"Les activités de Timtchenko dans le secteur de l'énergie ont été directement liées à Poutine", lit-on dans le communiqué de département du Trésor. "Poutine a des investissements dans Gunvor et pourrait avoir accès aux fonds de Gunvor."

Le département du Trésor a refusé de dire plus précisément ce qu'il savait exactement au sujet d'investissements du président russe dans Gunvor et d'expliciter de quelle manière il pouvait accéder à leurs fonds.

Gunvor n'a pas tardé à repousser fermement ces accusations, les qualifiant dans un communiqué de "scandaleuses et fausses".

"Gunvor dément catégoriquement que Vladimir Poutine ait jamais possédé des intérêts dans nos activités ou en ait bénéficié directement ou indirectement ", lit-on dans le communiqué de la société.

Vladimir Poutine a été accusé à de nombreuses, notamment par ses opposants politiques, d'avoir aidé Guennadi Timtchenko à bâtir l'empire Gunvor.

TIMTCHENKO A VENDU SES PARTS MERCREDI

Le département d'Etat est cependant allé plus loin, affirmant de manière surprenante que le président russe avait des intérêts financiers directs dans la société de son ami.

Gunvor n'a cessé de répéter que Guennadi Timtchenko et le directeur général Torbjorn Tornqvist possédaient chacun 45% de la société, les 10% restants appartenant au personnel.

Guennadi Timtchenko lui-même a toujours démenti avoir reçu de l'aide de Vladimir Poutine dans ses affaires, sans jamais parvenir à faire taire la rumeur, alimentée par les liens étroits et anciens entre les deux hommes.

Le département du Trésor a pris soin de préciser que Gunvor n'était pas visé par les sanctions puisque Guennadi Timtchenko en était propriétaire à moins de 50%.

Parallèlement, Gunvor annonçait jeudi que Guennadi Timtchenko avait vendu ses parts la veille et que Torbjorn Tornqvist détenait désormais 87% de la société, les 13% restants étant aux mains des salariés.

Les analystes n'en craignent pas moins que l'accusation formulée contre Vladimir Poutine, ajoutée aux sanctions prises contre l'un des hommes les plus proches du président russe, n'entraîne des représailles de Moscou, qui pourrait utiliser ses vastes ressources en énergie comme une arme contre l'Occident.

Vladimir Poutine travaillait à la mairie de Saint-Pétersbourg au début des années 1990 quand Guennadi Timtchenko et ses amis ont commencé à prendre en mains les activités de courtage de la raffinerie de Kirichi, située dans la juridiction de la deuxième ville de Russie.

L'empire Gunvor n'a cessé de croître depuis, son chiffre d'affaires passant de 3,6 milliards d'euros en 2004 à plus de 67 milliards en 2012, grâce notamment au courtage effectué pour des compagnies pétrolières d'Etat comme Rosneft. Gunvor a depuis déplacé son activité pour se concentrer sur l'Europe et l'Asie.

(Patrick Vignal pour le service français, édité par Marc Angrand)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • brenot le vendredi 21 mar 2014 à 17:15

    Obama et Hollande perdent les pédales et deviennent aussi inutiles qu'incompétents.