Wandrille Lefèvre, un Français chez les Canucks

le
0
Wandrille Lefèvre, un Français chez les Canucks
Wandrille Lefèvre, un Français chez les Canucks

En mal de résultats depuis plusieurs années, la sélection canadienne teste actuellement de nouveaux éléments. Parmi eux un Français fraîchement naturalisé : Wandrille Lefèvre, 26 ans, originaire de Chartres, passé pro à l'Impact de Montréal en 2013. Un défenseur à la trajectoire atypique, qui aimerait être l'un des fers de lance d'une équipe nationale lancée vers les qualifications au prochain Mondial.

" Ô Canada ! Terre de nos aïeux, Ton front est ceint de fleurons glorieux ! Car ton bras sait porter l'épée, Il sait porter la croix ! " Parmi les tâches que Wandrille Lefèvre a eu à accomplir pour valider sa nouvelle nationalité canadienne, il y a eu l'apprentissage de cet hymne qu'il connaît depuis pas mal de temps déjà pour précéder toutes les rencontres de son club en MLS. Depuis le 2 juillet dernier et la cérémonie de citoyenneté à laquelle il a participé, cet hymne est désormais le sien, en plus de La Marseillaise. Wandrille, blase improbable donné par ses parents en hommage à Saint-Wandrille-Rançon, commune de Seine-Maritime où ils ont vécu étant jeunes, est né à Chartres et a débuté dans le football à l'OC Perpignan, club formateur satellite du MHSC. Mais à 14 ans, c'est le grand déménagement de la famille Lefèvre vers Montréal où le père est muté professionnellement. Quelques années plus tard, elle fait le sens inverse, mais Wandrille reste y poursuivre ses études de comptabilité tout en continuant à pratiquer ce qu'il doit désormais appeler soccer avec l'équipe de l'université de Montréal où il est scolarisé, les Carabins. C'est là que Philippe Eullafroy, un autre Français, ancien pro à Troyes et responsable de la formation de l'Impact, le repère et l'enrôle en 2011. Moins de deux ans et un repositionnement de milieu défensif à défenseur central plus tard, il signe un premier contrat pro avec la franchise de Major League Soccer le 26 février 2013.

Objectif : éliminer le Honduras ou le Mexique


Suivi de près depuis pas mal de temps par la Fédération canadienne et par le sélectionneur des Canucks, Benito Floro, il n'avait pas été retenu pour disputer la double confrontation de septembre face à Belize en tour préliminaire des éliminatoires de la Coupe du monde 2018 (3-0, 1-1). Mais lors de la dernière annonce il y a quelques jours, il figurait bien parmi la liste élargie de 24 joueurs amenés à disputer le match amical du 13 octobre face au Ghana. Au total, ils sont cinq petits nouveaux à ne compter aucune sélection, preuve que le Canada est encore et comme souvent en grand chantier, au sortir d'une Gold Cup une nouvelle fois ratée, terminée avec zéro victoire au compteur. Au-delà de cet amical face au Ghana, l'objectif est de préparer le nouveau tour de qualification au Mondial, qui s'annonce cette fois bien plus difficile. Il va s'agir en effet de terminer à l'une des deux…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant