WallStreet: magnifique séquence 'bad cop/good cop' de la FED

le
0

(CercleFinance.com) - La FED nous a gratifié d'une nouvelle édition de son numéro favori de 'bad cop/good cop' avec une série d'interventions de 'faucons' (pas moins de 4 en une semaine) qui sont venus entretenir le suspens au sujet d'une hausse de taux dès le 21 septembre.

C'est ce qui a provoqué le 'sell off' de vendredi... et voilà que comme par enchantement, deux autres membres de la FED délivrent un discours complètement 'colombe' qui provoque un spectaculaire sursaut de Wall Street et un soulagement du marché obligataire US, avec des T-Bonds qui en terminent à 1,665% contre 1,69% à la mi-séance (la probabilité d'une hausse de taux le 21 vient de tomber en quelques heures de 30 vers 11... du grand art !).

Machine arrière toute du côté des vendeurs qui se sont transformés en acheteurs: il en résulte une envolée du 'S&P' (+1,5%), du Nasdaq (+1,7%) et du Dow Jones (+1,32% à 18.325... soit 325Pts de mieux qu'à l'ouverture !).

Encore traumatisé à l'ouverture ce lundi par les propos du trio Rosengren/Tarullo/Lockhart (et précédemment de Jefferey Lacker) Wall Street avait ouvert en repli mais a commencé à se détendre avec l'intervention 'Dovish' de Neel Kashkari (FED de Minneapolis).

L'ambiance a tournée à l'euphorie avec les déclarations encore plus 'colombe' de Lail Brainart (membre du comité directeur de la FED) qui a littéralement enterré les craintes de hausse de taux le 21/09 en appelant à une politique monétaire prudente et en soulignant que les risques de ralentissement économique l'emportaient sur ceux d'une hypothétique accélération qui engendrerait de l'inflation et prendrait la FED par surprise.

Tout comme Neel Kashkari, elle considère que l'inflation -bloquée autour de +1,6%/an- ne donne pas de signe d'accélération... tout le contraire de ce que Denis Lockhart soutenait encore ce lundi matin ('l'inflation se rapproche rapidement des objectifs de la FED').

Ce jeu de rôles bien huilé a donc parfaitement fonctionné, provocant une séquence 'portes de saloon' parfaitement orchestrée... et les indices US sont revenus s'installer sagement au sein de l'étroit corridor au sein duquel ils étaient restés enfermés depuis le 5 août dernier.

Le 'VIX' qui avait explosé de +40% vendredi s'est détendu de -15% à 15,05 contre 20,5 peu après l'ouverture: les acheteurs de 'volatilité' se sont fait littéralement détruire en quelques heures.

C'est un scénario particulièrement bienvenu à 4 jours de la séance des '4 sorcières': les opérateurs peuvent se remettre à croire à un trimestre s'achevant au zénith, à un 'S&P' ou un Nasdq inscrivant sur le fil de nouveaux records absolus.

L'appétit pour le risque fait un retour en force, avec des 'biotechs/pharmas' gagnant plus de 3% en moyenne (Vertex +4,5%, Regeneron +3,9%, Alexion et Mylan +3,5%) et un titre Apple qui s'envole de +2,2% (les déboires de son rival Samsung n'y sont certainement pas étranger).

Parmi les titres qui ont le plus clairement impacté les indices US, on notait Intel et Cisco qui gagnaient +1,9%, Micron +2%, Microchip +2,3%...et Netease +8%.

Signe d'un retour à un haut niveau de 'complaisance' généralisé, le scandale Wells Fargo (qui a déjà écopé de 185Mns$ d'amendes) qui fait couler beaucoup d'encre n'a provoqué qu'un effritement de 0,4% du titre ce soir.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant