WallStreet: de nombreux secteurs à la peine, baril sous 40$

le
0

(CercleFinance.com) - Wall Street a consolidé sans réelle intensité: la pression vendeuse avait atteint son maximum à la mi-séance (le Dow Jones perdant jusqu'à -150Pts) mais les pertes ont été finalement réduites au niveau qu'elles affichaient après 2 heures de cotations..

Le Dow Jones s'effrite de -0,5%, le 'S&P' de -0,65% et le Nasdaq de -0,9%: des replis d'apparence anodine mais cela suffit à casser la base du corridor horizontal amorcé le 14 juillet sur le Dow Jones et le 'S&P' (qui retombe vers 2.157Pts, hors du canal 2.160/2.178).

Statistiquement, nous assistons à un cas de figure inédit car toutes les 'consolidations à plat' après une série de records historiques débouche sur l'établissement d'autres records historiques.

De nombreux 'chartistes' ont mis en avant cette situation très caractéristique pour produire des diagnostics très 'bullish' pour les prochaines semaines et surtout les 12 prochains mois.

On a pu lire que le genre de consolidation qui se dessinait depuis la mi-juillet devait déboucher sur un gain de +10% d'ici l'été 2017 avec une probabilité de... 100% (faute de contre exemple au cours des 80 dernières années): tout n'est donc pas encore perdu pour les 'bulls'.

En ce qui concerne les 'chiffres du jour', ils ne semblent pas avoir pesé bien lourd face aux inquiétudes concernant les banques européennes (dans ce domaine, tout est interconnecté à l'échelle planétaire car tout le monde est la contrepartie de tout le monde).

Les investisseurs ont donc occulté les chiffres plutôt encourageants concernant les dépenses des ménages américains (+0,4%) qui s'avèrent une fois de plus largement supérieures aux revenus (+0,2%), ce qui confirme la tendance observée au 1er semestre.

Pour ne rien arranger, la tentative de rebond du pétrole a échoué, dans des circonstances assez inhabituelles puisque le Dollar a perdu -0,6%: le baril a ricoché sous 41$ pour replonger vers 39,3$ avant d'en finir en repli de -1% vers 49,65$ (la consommation serait-elle en berne pour cause de ralentissement de la croissance).

Ce soir Dennis Lockhart (FED d'Atlanta, considéré comme 'consensuel') a écarté une hausse de taux lors du prochain sommet de la FED (les 20 et 21 septembre) et il est évident qu'aucune initiative ne sera prise à quelques jours des présidentielles début novembre).

Mr Lockhart juge également les actions chèrement valorisées... mais aucun membre de la FED ne se risquera à diagnostiquer une surévaluation, et encore moins une 'bulle'.

Parmi les grands perdants du jour, Ford et General Motors chutaient de -4,4% (les ventes de voiture progressent au rythme de 17,8Mns cette année.

Les constructeurs de maisons corrigeaient lourdement avec Beazer Homes -5%, Pulte Homes, Toll Brothers et DR Horton -2,3%, Lennar -2,6%.

Les compagnies aériennes subissaient également des replis allant de -4% à -86%, malgré la rechute du prix des carburants: Delta -7,8%, United -6,3%, Alaska et Southwest Airlines -4,1%.

Au sein du Nasdaq, Seagate abandonnait également -5,5%, Citrix -3,6%, expedia -3,3%, Qualcomm -2%, Apple -1,5%.

Enfin, Biogen faisait cavalier seul à la hausse avec +9,4%.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant