Wall Street voit s'éloigner la hausse des taux et rebondit

le
0
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS

(Reuters) - Wall Street a rebondi mercredi, l'annonce de créations d'emplois inférieures aux attentes dans le secteur privé en août aux Etats-Unis ayant conforté l'hypothèse selon laquelle la Réserve fédérale ne relèvera pas ses taux ce mois-ci.

L'apaisement sur les marchés chinois a également favorisé le sursaut de la Bourse de New York, qui avait reculé mardi de 3% après la publication d'un nouvel indicateur attestant du ralentissement de la croissance de la deuxième économie du monde.

L'indice Dow Jones a gagné 293,03 points, soit 1,82%, à 16.351,38 points. Le Standard & Poor's 500, plus large, a progressé de 35,01 points (1,83%) à 1.948,86 points et le Nasdaq Composite a pris 113,87 points (2,46%) à 4.749,98 points.

La Chine, qui a beaucoup pesé sur les marchés mondiaux ces derniers temps, a annoncé un nouveau durcissement des appels de marge sur les dérivés sur indices boursiers et un renforcement des contraintes sur les dérivés sur le change pour tenter de stabiliser ses places financières et de décourager la spéculation à la baisse sur le yuan.

Wall Street a bien réagi en outre à un rapport de la Fed notant à la fois une légère augmentation des salaires aux Etats-Unis et les effets négatifs sur certaines entreprises du ralentissement économique en Chine.

La situation encourageante sur le marché de l'emploi plaide en faveur d'une remontée des taux d'intérêt, toujours possible dès la mi-septembre même si les investisseurs sont de moins en moins nombreux à croire à ce scénario, en raison notamment de l'essoufflement de la croissance chinoise.

Autre élément plaidant contre une hausse imminente des taux, le secteur privé aux Etats-Unis a créé 190.000 emplois en août, selon l'enquête mensuelle du cabinet spécialisé ADP publiée mercredi, soit un peu moins que prévu.

APPLE ET MICROSOFT EN FORME

Les investisseurs attendent surtout désormais les chiffres officiels de l'emploi au mois d'août. Ces données, qui seront publiées vendredi, pourraient peser lourd dans le débat sur l'évolution de la politique monétaire de la Fed.

Les analystes invitent à minimiser l'importance de la vigueur retrouvée des marchés actions.

"Ce que nous avons vu aujourd'hui, ce n'est pas une guérison, c'est de la volatilité, de la nervosité, c'est de l'incapacité à dire dans quelle direction évolue le marché", dit ainsi Jake Dollarhide, de Longbow Asset Management.

Aux valeurs, les technologiques ont soutenu la tendance avec +2,62% pour leur indice sectoriel, porté notamment par Apple (+4,29%) et Microsoft (+3,68%).

Contre la tendance, après avoir livré une prévision de chiffre d'affaires du troisième trimestre nettement inférieure aux attentes, le fabricant de puces Ambarella a vu son titre plonger de 8,51%, entraînant dans sa chute son principal client, le fabricant de caméras portables GoPro (-5,52%).

Sur le Nymex, les cours du pétrole sont repartis eux aussi à la hausse, entraînés par le net rebond de Wall Street.

Dans un marché toujours aussi volatil, l'embellie sur le front des actions a effacé pour un temps les craintes liées à l'abondance de la demande.

Le contrat octobre sur le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) CLc1 a ainsi gagné 84 cents, soit 1,85%, à 46,25 dollars le baril.

(Sinead Carew, Patrick Vignal pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant