Wall Street. Un as de la finance se met au rap dans ses voeux aux actionnaires

le
1
Wall Street. Un as de la finance se met au rap dans ses voeux aux actionnaires
Wall Street. Un as de la finance se met au rap dans ses voeux aux actionnaires

«Energie, matières premières, nous négocions tout, donc décrochez votre téléphone et appelez-nous». David Rubenstein, 65 ans, voix influente de la finance américaine se met au rap dans ses voeux aux actionnaires de son groupe, le fonds d'investissement Carlyle.

S'il a gardé le costume-cravate, le néo-rapper David Rubenstein, accessoirement milliardaire (sa fortune personnelle s'élève à 2.9 milliards de dollars), s'offre une fantaisie en arborant un casque audio à la mode de la marque Beats, qu'il a choisis de couleur rouge.

«Capital investissement, financement sur-mesure (corporate mezzanine) Carlyle Group est la place où vous devez être», chante cet homme d'affaires avisé qui a cofondé et codirige le très puissant fonds d'investissement.

VIDEO. Le rap du PDG de Carlyle Group.

La vidéo promotionnelle, mise en ligne sur le site de Carlyle Group (http://www.carlyle.com/news-room/corporate-videos_new/holiday-message-our-investors), a été tournée dans ce qui apparaît comme un studio de musique. L'enregistrement est supervisé par un «financier» reconverti «manager».

Pas de chaîne en or, ni de baggy, pas de gros tatouage et encore moins de danseuses court-vêtues qui foisonnent dans les clips de rap.

«Il faut des neurones pour faire ce que l'on fait et dans le style et la façon dont on le fait», chante encore M. Rubenstein d'une voix monotone et un peu hésitante.

«Je n'ai jamais fait quelque chose de pareil depuis ma Bar Mitzvah», explique l'homme d'affaires qui dit avoir été inspiré par le rapper Dr Dre, dont l'entreprise Beats et ses casques audio ont été rachetés à prix d'or (3 milliards de dollars) cette année par le géant de l'informatique Apple.

David Rubenstein a été l'un des gagnants de cette transaction puisqu'il est l'un des rares grands noms de Wall Street à avoir investi dans Beats avant que les casques aux couleurs vives ne deviennent l'accessoire à la mode d'un public jeune à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • d.e.s.t. le mardi 23 déc 2014 à 21:04

    Pourquoi nous parler de sa religion? on n'en a rien à faire!