Wall Street termine sur une note mitigée

le
0
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS

NEW YORK (Reuters) - Les indices de Wall Street ont terminé en ordre dispersé jeudi, après deux séances de baisse d'affilée, la statistique des inscriptions au chômage ayant compensé le regain des craintes relatives à la situation budgétaire de la zone euro.

En revanche, le Nasdaq a été soutenu par le distributeur Bed Bath & Beyond, dont les résultats trimestriels ont dépassé les attentes. L'action a fini sur un gain de 8,5% à 71,85 dollars.

Le Dow Jones a perdu 14,61 points (0,11%) à 13.060,14. Le S&P-500 a cédé 0,88 point (0,06%) à 1.398,08. Le Nasdaq Composite a gagné 12,41 points (0,4%) à 3.080,50.

Sur l'ensemble de la semaine, le Dow a perdu 1,1%, le S&P 0,7% et le Nasdaq 0,4%. Le S&P a signé sa plus mauvaise performance hebdomadaire depuis décembre.

Les inscriptions hebdomadaires au chômage ont diminué moins que prévu aux Etats-Unis lors de la semaine au 31 mars mais elles sont néanmoins tombées à leur plus bas niveau depuis près de quatre ans, à 357.000 contre 363.000 (révisé) la semaine précédente.

La statistique de l'emploi de mars sera publiée demain vendredi. La Bourse sera toutefois fermée pour le Vendredi Saint. Les économistes prévoient 203.000 emplois créés. Ce serait la plus longue série de mois à plus de 200.000 créations d'emplois depuis 1999.

Les inscriptions "continuent d'évoluer dans la bonne direction dans une économie qui récupère", constate Sean Kraus (CitizenTrust).

C'est la situation de l'Espagne qui inquiète plus particulièrement les investisseurs, qui mettent en doute ses capacités à tenir ses finances publiques.

L'échec d'une adjudication du Trésor espagnol mercredi illustre un retour des inquiétudes entourant la zone euro, plus particulièrement ses pays les plus fragiles, les effets de l'action non conventionnelle de la Banque centrale européenne commençant à marquer le pas.

"Evidemment, il y a des problèmes en Europe qui commencent à attirer l'attention et peuvent être un motif de retrait de l'argent qui circule vite mais je ne pense pas qu'on verra ce qu'on a vu l'an passé, un retournement baissier spectaculaire du marché", dit Kraus.

L'indice S&P du secteur de la distribution a gagné 0,68%. Des ventes plus fortes que prévu en mars ont poussé certains distributeurs à relever leurs prévisions de bénéfice du premier trimestre.

L'indice Thomson Reuters Same Store Sales affiche un gain de 4,3% en mars, alors qu'une hausse de 3,5% seulement était attendue.

Wilfrid Exbrayat pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant