Wall Street termine inchangée malgré la Chine

le
1
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS

par Caroline Valetkevitch

NEW YORK (Reuters) - La Bourse de New York a terminé en légère hausse mercredi, se retournant en fin de séance grâce à l'action Apple, également sortie du rouge pour gagner 1,54%, et un secteur énergétique porté par le rebond des cours du pétrole après leur creux de six ans touché la veille.

L'indice Dow Jones est resté inchangé en termes de pourcentage, reculant de 0,33 point, à 17.402,51. Le S&P-500, plus large, a pris 1,98 point, soit +0,1%, à 2.086,05. Le Nasdaq Composite a avancé de son côté de 7,60 points (+0,15%) à 5.044,39.

En cours de séance, le S&P 500, indice de référence des gérants de fonds, a perdu près de 1,6% en raison de la persistance des inquiétudes concernant la Chine après que la banque centrale du pays a laissé filer le yuan à un plus bas de quatre ans au lendemain de l'annonce d'une dévaluation surprise de la monnaie.

Cette évolution fait craindre à certains une nouvelle guerre des monnaies qui pourrait déstabiliser l'économie mondiale.

Face à un panier de devises internationales, le dollar recule de plus de 1%, se retrouvant à un creux d'un mois, après que les investisseurs ont commencé à se demander si leur scénario d'un relèvement des taux d'intérêt aux Etats-Unis en septembre était toujours valable au vu de la dévaluation du yuan.

"La décision de la Banque populaire de Chine réduit légèrement les chances de voir la Réserve fédérale commencer à remonter ses taux en septembre, mais une première hausse en décembre reste possible à nos yeux", a estimé Goldman Sachs.

La dévaluation du yuan devrait avoir d'importantes implications sur la demande mondiale et les cours des matières premières mais il est prématuré de porter une appréciation sur la politique monétaire chinoise, a estimé William Dudley, président de la Fed de New York.

NET RECUL DU COMPARTIMENT FINANCIER

Sur le marché, les taux swap ont suggéré que la probabilité d'une hausse des taux en septembre était estimée à moins de 40%, contre un ratio montée à plus de 50% après le bon accueil réservé aux chiffres de l'emploi vendredi.

L'éventualité de voir la Fed être contrainte de patienter pour remonter ses taux pour la première fois depuis 2006 a pesé sur le compartiment financier, avec un indice sectoriel en repli de 0,81%

Le titre JPMorgan Chase a accusé la plus forte baissé du Dow Jones avec un recul de 1,45% à 67,24 dollars.

En revanche, ExxonMobil et Chevron ont avancé de respectivement 1,68% à 78,79 dollars et 1,18% à 86,79 dollars dans la foulée de la remontée des cours de l'or noir.

Ces derniers ont tiré parti à la fois du repli du dollar et de la baisse des stocks de brut et d'essence aux Etats-Unis la semaine dernière.

Apple, pour qui la Chine est devenue un marché clef, a cédé à un moment 3,4% -- le titre avait déjà plongé de 5,2% la veille -- avant de se reprendre en fin de séance, donnant le la pour la cote dans son ensemble.

Le titre Macy's a plongé de 5,06% à 64,11 dollars, accusant la plus forte baisse du S&P 500, après que la chaîne de grands magasins a fait état de résultats trimestriels moins bons que prévu et annoncé une révision à la baisse de son objectif de ventes annuelles.

(Benoit Van Overstraeten pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ccondem1 le mercredi 12 aout 2015 à 22:53

    LOL, c'est sûr qu'une telle double dévaluation est in fine une bonne nouvelle pour la grosse Paume ! ;-)