Wall Street termine en très léger repli

le
0
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS

NEW YORK (Reuters) - La Bourse de New York a fini sur une note quasiment stable jeudi après trois séances consécutives de hausse, au lendemain des "minutes" de la réunion d'octobre de la Réserve fédérale américaine, qui a renforcé le scénario d'un premier tour de vis monétaire au mois de décembre.

La tendance a été tiraillée entre le secteur de la santé, plombé par un avertissement de United Health, et la bonne performance des valeurs technologiques, Intel en tête.

L'indice Dow Jones a perdu 4,41 points, soit 0,02%, à 17.732,75 points. Le S&P-500, plus large, a cédé 2,34 points, soit 0,11%, à 2.081,24 points. Le Nasdaq Composite a reculé de son côté de 1,56 points (-0,03%) à 5.073,64 points.

Le compte rendu de la réunion de la Fed publié mercredi a en outre rassuré les investisseurs sur le fait que la hausse des taux américains ne serait pas brutale, mais progressive.

Les indicateurs économiques publiés jeudi ont contribué à confirmer les anticipations de hausse des taux en décembre.

Les inscriptions hebdomadaires au chômage ont diminué la semaine dernière aux Etats-Unis dans des proportions conformes aux attentes des économistes et elles continuent ainsi de témoigner de la robustesse du marché du travail.

L'enquête mensuelle de la Fed de Philadelphie a montré que l'activité économique dans cette région s'était reprise en novembre à un rythme plus marqué qu'attendu.

Les marchés à terme intègrent désormais une probabilité à 72% d'une hausse des taux à l'issue de la réunion monétaire des 15 et 16 décembre, contre 64% mardi. "Le marché a interprêté les minutes comme un signe que la hausse de taux était acquise", dit Kevin Kelly de Recon Capital Partners.

En baisse de 1,63%, le secteur de la santé a pesé sur la cote après l'avertissement sur ses résultats du premier assureur-santé des Etats-Unis, United Health, qui a abandonné 5,65% à 110,63 dollars, plus fort recul du Dow Jones. Ses concurrents Anthem et Aetna ont perdu respectivement, 6,88% et 6,52%, dans son sillage.

Pfizer, deuxième plus net recul du Dow, a cédé 3,06% et Allergan 2,82%. Les déclarations du Trésor américain mercredi évoquant un prochain renforcement des mesures contre l'"inversion fiscale" ont jeté un doute dans l'esprit des investisseurs sur la concrétisation d'un projet de fusion entre les deux laboratoires.

Aux valeurs technologiques, Intel a gagné 3,44% après avoir annoncé en cours de séance une hausse de son dividende annuel à 1,04 dollar par action, et Apple a progressé de 1,27%.

En revanche, Chevron a perdu 1,5% alors que le brut léger américain s'est encore replié dans un contexte d'offre excédentaire. L'indice de l'énergie a reculé de 1,28%.

Le titre Best Buy a cédé pour sa part 2,11% à 30,67 dollars. Le numéro un de l'électronique grand public aux Etats-Unis a fait état de ventes inférieures aux attentes pour son troisième trimestre clos le 31 octobre.

Salesforce.com a gagné 4,25%. Le premier éditeur mondial de logiciels d'e-commerce a publié un résultat par action meilleur que prévu et relevé pour la quatrième fois sa prévision de chiffre d'affaires annuel.

Square, le spécialiste des paiements mobiles fondé et dirigé par le directeur général de Twitter, Jack Dorsey, a gagné jusqu'à 64% pour ses débuts en Bourse, et Match Group, le propriétaire des sites de rencontres Match.com et Meetic et de l'application mobile Tinder, a également réussi son démarrage en Bourse en gagnant jusqu'à 16%. Les titres ont fini en hausse de respectivement 45,22% et 22,83%.

(Chuck Mikolajczak, Juliette Rouillon pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant