Wall Street termine en léger recul

le
0
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS

par Chuck Mikolajczak

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a terminé en baisse lundi mais les pertes sont modestes, voire minimes, les investisseurs ne s'étant pas laissés trop impressionner par une mauvaise statistique chinoise parue durant le week-end.

Les exportations chinoises ont connu une chute inattendue en février, de 18,1% en glissement annuel, ce qui a fait basculer la balance commerciale dans le rouge et alimente les craintes d'un ralentissement de la deuxième économie mondiale.

"La statistique chinoise ne nous a guère émus; c'est presque un non événement", commente Peter Kenny (Clearpool Group). "Je ne pense que ce soit perturbant au point qu'on en vienne à penser que la Chine a perdu de son allant hyperdynamique; c'est presque bienvenu".

L'indice Dow Jones a perdu 34,04 points (0,21%) à 16.418,68 points. Le S&P-500 a cédé 0,87 point (0,05%) à 1.877,17 points. Le Nasdaq Composite a abandonné 1,78 point (0,04%) à 4.334,45 points.

C'était dimanche le cinquième anniversaire du plus bas de 12 ans de 676,53 points du S&P-500, à un moment où l'économie américaine subissait sa pire récession depuis des décennies.

"Cet anniversaire a donné envie aux investisseurs de faire une pause et ne les a pas inspirés car il y a cette peur latente liée à des questions telles que: 'Sommes-nous allés trop vite, trop loin? Les valorisations sont-elles justifiées?", ajoute Peter Kenny.

S'exprimant à la Banque de France, Charles Plosser, président de la Réserve fédérale de Philadelphie, a dit qu'un climat rigoureux avait sans doute pesé sur la croissance de l'emploi en février aux Etats-Unis.

C'est le dernier en date des responsables de la Fed à laisser entendre que l'accès de faiblesse du marché du travail serait momentané, et ainsi ne dissuaderait pas la Fed de poursuivre le dénouement de sa politique d'assouplissement quantitatif.

Aux valeurs, Chiquita Brands a gagné 10,7% à 12 dollars. Le groupe agroalimentaire américain va racheter l'importateur et distributeur de fruits exotiques irlandais Fyffes pour créer le numéro un mondial de la banane.

Boeing a perdu 1,28% à 126,89 dollars, subissant le contrecoup de ses déclarations de vendredi suivant lesquelles des "fêlures" ont été découvertes sur les ailes de 40 787 "Dreamliner" encore en production, ce qui pourrait retarder la livraison de certains d'entre eux sans pour autant remettre en cause son objectif de livraisons 2014.

(Wilfrid Exbrayat pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant