Wall Street termine en hausse après l'accord sur la Grèce

le
0
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a terminé en nette hausse lundi, technologiques et financières en tête, les investisseurs ayant salué, comme en Europe, l'accord conclu le matin même entre Athènes et ses partenaires de la zone euro, qui permet d'éviter un "Grexit".

Les dirigeants de la zone euro ont conclu, après cinq mois d'âpres négociations, un accord unanime sur un plan de sortie de crise qui permet de maintenir la Grèce dans l'union monétaire, à condition que le parlement grec approuve cette semaine une nouvelle cure d'austérité.

L'indice Dow Jones a gagné 217,27 points, soit 1,22%, à 17.977,68 points, repassant en territoire positif depuis le début de l'année. Le Standard & Poor's 500, plus large, a pris 22,98 points ou 1,11% à 2.099,60 et le Nasdaq Composite a avancé de 73,82 points (+1,48%) à 5.071,51 points.

Wall Street a suivi les places européennes qui ont fortement progressé, à l'image de l'indice FTSEurofirst en hausse de 1,88%, et des places asiatiques avec notamment une troisième séance de rebond des valeurs chinoises.

"Le marché américain avance dans le sillage des marchés mondiaux alors que la Grèce est tout près d'un accord", dit Peter Cardillo, économiste en chef chez Rockwell Global Capital à New York. "La reprise des marchés chinois aide aussi mais la volatilité sera élevée cette semaine jusqu'à ce que l'accord grec soit définitivement bouclé et que les grandes banques annoncent la tendance en matière de résultats (trimestriels)."

JPMorgan Chase et Wells Fargo lancent mardi la saison des résultats bancaires pour le deuxième trimestre.

Les Bourses chinoises ont fini en hausse pour la troisième séance d'affilée après des statistiques montrant que les exportations ont progressé contre toute attente en juin, tandis que les importations ont encore diminué, signe que la demande mondiale est peut-être en passe de s'améliorer.

Les espoirs d'un compromis dans les négociations à Bruxelles avaient déjà soutenu Wall Street vendredi mais les indices avaient fini sous leurs plus hauts du jour après un discours de Janet Yellen, la présidente de la Réserve fédérale, ayant évoqué la possibilité d'une hausse de taux cette année tout en notant le risque de faiblesse persistante de l'emploi.

Les investisseurs s'attendent à ce que la Fed commence à relever ses taux cette année, peut-être à sa réunion monétaire de septembre. Janet Yellen n'a pas fourni d'indice sur ce point.

Comme en Europe, le secteur bancaire a tiré la tendance à New York, avec des gains de 1,4% à 1,9% pour Bank of America, JP Morgan Chase ou Goldman Sachs. L'indice S&P-500 des financières a pris 1,09%.

Parmi les autres valeurs en vue, Apple a avancé de 1,93% à 125,66 dollars après un relèvement de recommandation de Société générale, de "conserver" à "achat", dans l'anticipation d'un lancement réussi du nouvel iPhone 6S en septembre.

L'indice des valeurs technologiques (+1,62%) dans son ensemble a également soutenu le marché. Netflix a pris 3,97% et a touché un niveau record de 715,80 dollars après le relèvement de son objectif de cours de 620 à 780 dollars, de Goldman Sachs, qui reste à l'achat sur le titre.

Les titres Amazon (+2,72%) et Facebook (+2,44%) ont, eux aussi, touché des niveaux record.

L'équipementier automobile Remy International, racheté par BorgWarner pour 1,2 milliard de dollars (1,09 milliard d'euros), s'est envolé de 42,43% à 29,24 dollars pour s'aligner sur le prix de l'offre.

(Tanya Agrawal et Caroline Valetkevitch, Juliette Rouillon pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant