Wall Street termine en baisse, le Nasdaq malmené

le
0
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS

NEW YORK (Reuters) - Les marchés d'actions américains ont terminé en baisse lundi, les investisseurs restant préoccupés par la situation géopolitique en Ukraine et par ses éventuelles retombées sur l'économie mondiale.

Dans ce contexte, les opérateurs ont préféré prendre leurs bénéfices, tout particulièrement sur les valeurs qui avaient surperformé ces derniers temps, dans les secteurs technologiques et biotechnologiques notamment.

Le Dow Jones des 30 valeurs industrielles américaines a perdu 0,16%, 26,08 points, à 16.276,69, le Standard & Poor's 500, indice de référence des gérants de fonds, a cédé 0,49%, 9,08 points, à 1.857,44 et le Nasdaq, à forte pondération technologique, a abandonné 1,18%, 50,40 points, à 4.226,38, évoluant sous sa moyenne mobile à 50 jours durant l'essentiel de la séance.

Aux valeurs, Netflix a accusé l'une des plus nettes contreperformances du jour, cédant 6,67%, tandis que Facebook abandonnait 4,66% et TripAdvisor perdait 3,87% sur des prises de bénéfices.

Le sous indice Nasdaq des biotech, qui avait bondi de 66% l'an dernier, a perdu 3,02%, affichant ainsi une quatrième séance de baisse consécutive. Parmi les titres les plus malmenés, figure Alexion Pharmaceutical, en retrait de 6,27%.

La baisse du Dow Jones a été contenue, en raison notamment de la hausse de 1,82% enregistrée par Procter & Gamble

"Les biotech se sont envolées au cours des derniers mois, c'est la raison pour laquelle il y fallait une correction", commente Mark D'Cruz, analyste senior chez Key Private Bank à Cleveland.

"L'essentiel de l'intérêt pour les biotech était imputable à des investisseurs traditionnellement à l'écart de ce secteur et qui prennent peur. Les biotech ont beaucoup à prouver cette année, elles doivent prouver que leurs traitements sont efficaces."

Sur le front diplomatique, l'Ukraine a annoncé lundi l'évacuation de ses troupes basées en Crimée et de leurs familles, reconnaissant sa défaite face aux forces russes qui ont pris dans la nuit une des dernières bases encore sous l'autorité de Kiev.

Les dirigeants des pays du G7 se sont retrouvés lundi à La Haye pour discuter, en marge du Sommet sur la sécurité nucléaire, de leurs réactions à l'annexion de la Crimée par la Russie.

"Pour l'instant, la question est maîtrisée, mais Obama va essayer de recueillir de nouveaux soutiens pour des sanctions, ce qui en fin de compte, nous permettra de réévaluer notre opinion sur l'évolution de la situation", dit Art Hogan, stratège marchés en chef chez Wunderlich Secutities. "Cela reste en tête de la liste des événements que nous surveillons."

(Ryan Vlastelica, Nicolas Delame pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant