Wall Street termine en baisse après la Fed

le , mis à jour à 23:39
0
    * La Fed laisse ses taux inchangés, surveille les marchés 
mondiaux 
    * Certains intervenants attendaient un signe plus fort 
    * Le pétrole monte dans l'espoir d'un accord entre 
producteurs 
    * Apple et Boeing chutent après des perspectives décevantes 
    * Le Dow Jones perd 1,38%, le S&P-500 1,09% le Nasdaq 2,18% 
 
 (Actualisé avec précisions, dollar, Treasuries) 
    par Chuck Mikolajczak 
    NEW YORK, 27 janvier (Reuters) - Wall Street a terminé en 
baisse mercredi, à l'issue d'une séance extrêmement volatile, 
prise entre les perspectives décevantes d'Apple et Boeing, un 
vif rebond du pétrole et les déclarations de la Fed à l'issue de 
sa réunion de politique monétaire. 
    La Réserve fédérale a laissé, comme attendu, ses taux 
directeurs inchangés et déclaré qu'elle "surveillait de près" 
l'évolution de l'économie et des marchés mondiaux, tout en 
restant positive sur l'économie américaine.       
    Avec la chute du pétrole et les craintes sur la croissance 
chinoise, le S&P-500 a perdu 8% en un mois et les investisseurs 
jugent que les propos de la Fed vont dans le bon sens.  
    Mais certains intervenants attendaient un signe plus fort de 
la banque centrale indiquant qu'elle était prête à revoir à la 
baisse ses ambitions en matière de hausse des taux. 
    L'indice Dow Jones  .DJI  a fini en repli de 222,77 points, 
soit 1,38%, à 15.944,46 points. Le S&P-500  .SPX , plus large, a 
abandonné 20,68 points, soit 1,09%, à 1.882,95 points. Le Nasdaq 
Composite  .IXIC  a reculé de son côté de 99,51 points (-2,18%) 
à 4.468,17 points, alourdi notamment par le baisse d'Apple.  
    La tendance avait été soutenue en cours d'après-midi par une 
envolée du pétrole en réaction à l'annonce par Moscou que la 
possibilité d'une coopération entre la Russie et les grands pays 
producteurs de pétrole avait été étudiée.   
    Huit des 10 grands indices sectoriels de l'indice S&P 500 
ont fini dans le rouge, l'indice des valeurs technologiques 
 .SPLRCT  ayant accusé la plus forte perte, de 2,52%. 
     
    LE DOLLAR PERD DU TERRAIN 
    La confiance des investisseurs avait été ébranlée dès 
l'ouverture par la publication de perspectives de résultats 
décevantes de grands noms de la cote. 
    Aux valeurs, Apple  AAPL.O , première capitalisation 
mondiale, a abandonné 6,57% à 93,42 dollars après avoir dit 
s'attendre pour le trimestre en cours à la première baisse de 
son chiffre d'affaires depuis 13 ans, les ventes de l'iPhone 
marquant le pas.     
    De même, le constructeur aéronautique Boeing  BA.N  a chuté 
de 8,93% à 116,58 dollars, plus forte baisse du Dow, après des 
prévisions 2016 inférieures au consensus.   
    "Lorsque vous voyez de grands groupes comme Apple et Boeing 
publier des prévisions décevantes, cela a un profond impact sur 
le marché dans son ensemble", a souligné James Abate, 
responsable de l'investissement chez Centre Funds. 
    Le concepteur de logiciels VMware  VMW.N , filiale d'EMC, a 
également souffert, perdant 9,82%, là aussi en raison de la 
publication d'un objectif 2016 inférieur aux attentes du marché. 
    A la hausse, le géant des biotechnologies Biogen  BIIB.O  a 
gagné 5,15% après un bénéfice trimestriel meilleur qu'attendu.  
    Facebook  FB.O , Qualcomm  QCOM.O  et eBay  EBAY.O  
publiaient leurs comptes après la clôture du marché. 
    Les rendements des obligations du Trésor américain à 10 ans 
 US10YT=RR  ont baissé de 2,05% à 2,0%, inverserment au cours de 
ces titres, qui ont profité de leur statut de valeur refuge. 
    Le dollar a aussi reculé face à un panier de devises de 
référence  .DXY , les analystes et investisseurs soulignant que 
les déclarations de la Fed limitent les chances qu'elle relève 
ses taux directeurs dès sa prochaine réunion du mois de mars. 
    La Fed a relevé ses taux le mois dernier, pour la première 
fois depuis près de 10 ans, en exprimant sa confiance dans le 
fait que l'économie des Etats-Unis avait désormais largement 
surmonté les conséquences de la crise financière de 2007-2009.  
 
 (Abhiram Nandakumar et Chuck Mikolajczak, Juliette Rouillon 
pour le service français) 
  
 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant