Wall Street termine dans le rouge

le
0
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS

par Angela Moon et Rodrigo Campos

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a terminé dans le rouge la séance de mercredi, l'indice S&P-500 se heurtant à une résistance technique près de son record de clôture inscrit en janvier, les investisseurs ayant du mal à se faire une opinion sur des statistiques économiques faussées par les intempéries en Amérique du Nord.

Le compte rendu de la dernière réunion de la Réserve fédérale ne leur a pas davantage permis de s'éclaircir les idées mais il paraît toutefois avoir motivé une vague de dégagements en toute fin de séance.

Plusieurs responsables de la Fed ont appuyé le principe d'une réduction du programme de rachats obligataires par tranches prévisibles de 10 milliards de dollars à moins que la situation économique ne confonde leurs prévisions.

Les statistiques de mercredi prouvent à leur tour qu'un hiver polaire affecte sensiblement le rythme de l'activité économique mais le marché boursier continue de ne pas s'y arrêter le plus souvent.

L'indice Dow Jones a perdu 89,84 points (0,56%) à 16.040,56. Le S&P-500 a cédé 12,01 points (0,65%) à 1.828,75. Le Nasdaq Composite a abandonné 34,83 points (0,82%) à 4.237,95.

Les mises en chantier ont subi en janvier leur chute la plus marquée depuis près de trois ans, sans doute une conséquence encore d'un hiver particulièrement rigoureux, mais un troisième mois consécutif de baisse des permis de construire suggère aussi une tendance de fond au ralentissement du marché immobilier.

Le climat polaire qui sévit en Amérique du Nord a eu des répercussions sur plusieurs statistiques parues récemment, en particulier la confiance des constructeurs, publiée mardi dernier, qui a subi en février une baisse sans précédent, et les embauches qui ont fortement ralenti en décembre.

Toutefois, certains économistes ont été amenés à réduire leurs prévisions de croissance du premier trimestre à la lumière de la dernière statistique immobilière. Goldman Sachs a abaissé la sienne de 0,1 point à 1,8% annuel et Barclays a réduit sa prévision de 0,3 point à 1,9%.

"Je pense vraiment qu'il nous faut un peu plus de temps pour avoir une meilleure visibilité de l'amélioration de la situation économique et il faudra pour cela une nouvelle vague de données économiques", dit Terry Sandven (U.S. Bank Wealth Management).

Pour lui, le marché évoluera "sans tendance bien nette mais avec un biais haussier" et "le contexte fondamental reste favorable pour les actions".

Un autre indicateur a été publié ce jour: les prix à la production. Ils ont augmenté pour le deuxième mois d'affilée aux Etats-Unis en janvier, en raison notamment d'une hausse du coût des marchandises, sans pour autant refléter des pressions inflationnistes généralisées.

Des résultats de sociétés tombent encore mais pas à un rythme suffisamment soutenu pour faire évoluer le marché dans une direction précise.

Sur les 83% de sociétés de l'indice S&P-500 qui ont publié leurs comptes, 65,9% ont battu le consensus, au-dessus de la médiane de 63% depuis 1994.

L'action Tesla a été très activement négociée après avoir atteint mardi un record de 206 dollars. Elle a terminé la séance en baisse de 4,94% mais elle gagnait 5,4% en après-Bourse, en réaction aux résultats trimestriels au-delà du consensus du constructeur de voitures électriques.

Signet Jewelers a annoncé le rachat de son concurrent plus petit Zale pour un peu moins de 700 millions de dollars. L'action Signet Jewelers a gagné 18%, tandis que Zale a bondi de plus de 40%.

Wilfrid Exbrayat pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant