Wall Street tentée par une pause après sept semaines de hausse

le
0
WALL STREET TENTÉE PAR UNE PAUSE APRÈS SEPT SEMAINES DE HAUSSE
WALL STREET TENTÉE PAR UNE PAUSE APRÈS SEPT SEMAINES DE HAUSSE

par Caroline Valetkevitch

NEW YORK (Reuters) - La Bourse de New York pourrait avoir du mal à poursuivre sa marche en avant pour la huitième semaine consécutive car les indices s'approchent de seuils de résistance techniques au moment même où la saison des résultats touche à sa fin.

De nombreux analystes s'attendent désormais à quelques semaines de consolidation après la hausse de 6,6% de l'indice de référence Standard & Poor's 500 depuis le 1er janvier.

Sur la semaine écoulée, le S&P 500 a progressé de 0,12%, sa septième performance hebdomadaire positive d'affilée.

Pour Bruce Zaro, responsable de la stratégie technique de Delta Global Asset Management, la probabilité d'une baisse s'accroît.

"Je soupçonne que la fin de la saison des résultats conduira au moins à une pause et peut-être à une baisse", dit-il, précisant que le S&P 500 pourrait abandonner 3% à 5% d'ici début avril.

Les résultats de la plupart des grandes entreprises cotées ont dépassé les attentes et les profits cumulés du S&P 500 devraient afficher au final une croissance de 5,6% sur un an selon les dernières estimations, alors que le consensus ne donnait début janvier qu'une progression de 2,9%.

Pour l'instant, 70% des entreprises qui ont publié leurs comptes ont battu le consensus des estimations d'analystes, un chiffre supérieur à la moyenne de long terme (62%), selon les données Thomson Reuters.

Le numéro un mondial de la distribution, Wal-Mart Stores, doit présenter ses résultats jeudi, une publication qui marque officieusement la fin de la saison des trimestriels.

Ses comptes sont d'autant plus attendus que le titre a abandonné 2,15% vendredi après un article de Bloomberg évoquant le mauvais démarrage des ventes en février.

Autre motif de prudence pour les investisseurs: l'approche de l'échéance du 1er mars, qui pourrait déclencher des coupes importantes dans les dépenses fédérales si le Congrès ne parvient pas à un nouveau compromis sur le budget. Une perspective d'autant plus préoccupante que les récents indicateurs économiques reflètent une reprise toujours lente.

La production manufacturière américaine a reculé de 0,4% en janvier, a annoncé la Réserve fédérale vendredi, mais les chiffres de novembre et décembre ont été révisés à la hausse.

RÉSISTANCE

Si le S&P 500 a atteint cette semaine son plus haut niveau depuis novembre 2007, il risque de se heurter rapidement à une forte résistance autour de 1.525 à 1.540 points, explique un analyste technique. L'indice a fini vendredi à 1.519,79 points.

Cette perspective risque de se traduire par des mouvements en dents de scie au cours des prochaines séances, estime Dave Chojnacki, de Street One Financial. "Nous ne disposons pas pour l'instant des volumes ou du catalyseur" permettant d'aller au-delà des niveaux actuels, explique-t-il.

Pour autant, notent d'autres analystes, le marché n'a pour l'instant pas montré de signes importants de ralentissement, comme par exemple un repli sous ses moyennes mobiles à 15 et 30 jours.

Un tel repli serait le signe d'un essoufflement de la tendance et traduirait un risque de correction, dit Todd Salamone, directeur de la recherche de Schaeffer's Investment Research.

La moyenne mobile sur 14 séances du S&P 500 est de 1.511, la moyenne sur 30 séances de 1.494.

Le marché a trouvé un soutien ces derniers jours dans le regain d'activité du marché des fusions-acquisitions, avec le rapprochement entre American Airlines et US Airways ou le rachat de Heinz par Berkshire Hathaway, la holding de Warren Buffett, associée au fonds 3G Capital.

Au cours des prochains jours, les investisseurs surveilleront entre autres le compte-rendu de la dernière réunion de la Réserve fédérale, attendu mercredi, qui pourrait leur donner de nouvelles indications sur l'évolution de la politique monétaire.

En janvier, le compte-rendu précédent avait surpris le marché en révélant que certains responsables de la Fed penchaient en faveur d'un arrêt des achats d'actifs par la banque centrale avant la fin de cette année.

Marc Angrand pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant