Wall Street subit des prises de profits avant les résultats

le
0
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS

NEW YORK (Reuters) - La Bourse de New York a fini en recul mardi, victime comme la veille de prises de bénéfices face à l'incertitude sur les projets de la Réserve fédérale en matière de hausse des taux et dans l'attente de la publication de résultats attendus en forte baisse.

Les sociétés du S&P 500 publient leurs résultats du premier trimestre dans les semaines à venir et ils sont attendus en baisse de 7,1% en moyenne par rapport à la même période de l'an dernier, avec des baisses particulièrement sévères dans le secteur de l'énergie, selon les données de Thomson Reuters.

L'indice Dow Jones a cédé 133,68 points, soit 0,75%, à 17.603,32 points. Le S&P-500, plus large, a perdu 20,96 points, soit 1,01%, à 2.045,17 points. Le Nasdaq Composite a reculé de 47,86 points (-0,98%) à 4.843,93 points.

Le S&P-500 venait de reprendre 13% en sept semaines.

Les 10 grands indices sectoriels ont fini dans le rouge. L'indice des services collectifs (-1,88%) et les financières (-1,44%), les plus sensibles aux taux.

Si la présidente de la Réserve fédérale, Janet Yellen, prône la prudence sur le calendrier de relèvement des taux, d'autres membres de la banque centrale se sont montrés nettement plus volontaristes.

Eric Rosengren, président de la Fed de Boston, a dit que la Fed relèverait sans doute les taux avant le moment anticipé par les marchés, car les risques internationaux auxquels est exposée l'économie vont en s'atténuant. Charles Evans, son homologue de Chicago, a jugé les marchés financiers plus pessimistes que la Fed lorsqu'il s'agit d'évaluer les probabilités de hausse des taux.

"Le marché est orienté à la baisse uniquement en raison de l'environnement général incertain", dit Lisa Kopp, responsable des investissements chez U.S. Bank Wealth Management.

L'avertissement, mardi, de la directrice générale du Fonds monétaire international, Christine Lagarde, qui a insisté sur la nécessité pour les Etats de redoubler d'efforts pour soutenir la croissance, a encore accentué les inquiétudes.

La volatilité des cours du pétrole a également incité à la prudence. Le brut, affaibli dès l'ouverture par une demande d'essence moins forte que prévu aux Etats-Unis, s'est redressé en séance après les déclarations du Koweït affirmant qu'un accord entre grands producteurs était en vue.

Sur le plan économique, la statistique de la balance commerciale américaine a certes montré un creusement du déficit mais aussi un premier redressement des exportations depuis septembre, lequel pourrait se confirmer dans les mois qui viennent à la faveur du fléchissement du dollar.

Aux valeurs, Allergan a poursuivi son décrochage et chuté de 14,77% après l'annonce par le Trésor américain de nouvelles dispositions fiscales qui, aux yeux des analystes, pourraient compromettre le projet de rachat par Pfizer pour 160 milliards de dollars (140 milliards d'euros environ). L'indice S&P 600 des banques et sociétés de Bourse a reculé de 3,2% sur la nouvelle qui pourrait limiter les fusions et acquisitions en général.

Le laboratoire canadien Valeant a bondi de 10,34%. Il a annoncé qu'une revue interne de ses pratiques comptables n'avait pas mis en lumière de nouveaux éléments nécessitant de retraiter encore les résultats.

Halliburton a pris 1,18% et Baker Hughes a perdu 5,09% après une information selon laquelle le ministère américain de la Justice va intenter une action en justice cette semaine pour empêcher la fusion des numéros deux et trois des services pétroliers dans le monde.

Walt Disney a reculé de 1,7%. Le groupe de médias et de loisirs a annoncé lundi soir que le directeur général adjoint Tom Staggs, qui était donné pour probable successeur du PDG Bob Iger, quitterait l'entreprise en septembre.

(Abhiram Nandakumar et Noel Randewich, Juliette Rouillon pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant