Wall Street subit des prises de bénéfice, Best Buy plonge

le
0
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a fini en baisse jeudi après ses records de la veille, sous le coup de prises de bénéfice et du plongeon d'une des valeurs du S&P-500, le distributeur d'électronique grand public Best Buy qui a perdu 28,59% après ses résultats.

L'indice Dow Jones des 30 industrielles a cédé 64,93 points, soit 0,39%, à 16.417,01 points et le S&P-500, plus large, 2,49 points ou 0,13% à 1.845,89 points.

Le Nasdaq Composite, en baisse une bonne partie de la séance, est parvenu à grignoter 3,81 points (0,09%) à 4.218,69 points, terminant pratiquement à son plus haut de la séance.

Best Buy, de loin la plus mauvaise performance du S&P, a été lourdement sanctionné après l'annonce d'une baisse de ses ventes pendant la période de Noël et d'un tassement plus fort que prévu de ses marges.

Les financières ont également pesé sur la cote à l'image de Goldman Sachs, en repli de 2,0% et de Citigroup qui a lâché 4,35% après leurs résultats qui ont déçu les investisseurs et

L'indice S&P Financial a cédé 0,62%, la plus forte baisse des 10 grands indices sectoriels du S&P.

Wall Street avait connu un début de janvier timoré, dans la crainte de valorisations trop élevées après le bond de 30% du S&P en 2013, mais l'indice s'est rattrapé cette semaine, engrangeant 1,6% sur les deux dernières séances pour atteindre mercredi un nouveau record, le premier depuis le 31 décembre.

"On a eu un beau parcours et le marché consolide logiquement, on attend qu'une tendance se dégage des publications de résultats", commente Terry Morris, chez National Penn Investors Trust Company à Reading en Pennsylvanie.

A ce stade, seulement 6% des sociétés du S&P ont publié leurs résultats et elles n'ont été que 48% à dépasser le consensus, à comparer à une moyenne historique de 63%.

APOLLO AVALE CHUCKS E CHEESE

Malgré un bénéfice trimestriel en hausse et des perspectives positives pour 2014, l'assureur santé UnitedHealth Group a perdu 2,78% à 72,76 dollars, effaçant son gain de 3% de la veille pour accuser la plus forte baisse du Dow devant Goldman Sachs.

La compagnie ferroviaire CSX a chuté de 6,81% en réaction à des résultats trimestriels inférieurs aux attentes.

Sur le Nasdaq, Intel a reculé de 0,49% avant ses résultats publiés à la clôture.

A la hausse, CEC Entertainment, la maison mère de la chaîne de restaurants Chuck E Cheese, a bondi de 13,05% après l'annonce d'une OPA de la société de capital-investissement Apollo Global Management pour 948 millions de dollars.

Les investisseurs étant surtout focalisés sur l'actualité des entreprises, les indicateurs économiques du jour n'ont guère influé sur la tendance.

Les prix à la consommation ont augmenté de 0,3% en décembre, leur plus forte hausse en six mois, en raison notamment d'une hausse du prix des carburants, sans que cela puisse présager d'un regain durable de tensions inflationnistes aux Etats-Unis.

Les inscriptions hebdomadaires au chômage, publiées chaque jeudi, ont reculé de 2.000 à 326.000, donnant à penser que le fort ralentissement des créations d'emplois annoncé pour décembre n'était que temporaire.

Autre indicateur positif, l'indice d'activité calculé par la Fed de Philadelphie a progressé plus que prévu en janvier, mais avec un tassement des anticipations des entreprises.

L'indice NAHB/Wells Fargo qui mesure la confiance des promoteurs immobiliers a quant à lui légèrement diminué en janvier.

Chuck Mikolajczak, Véronique Tison pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant