Wall Street: stagnation intégrale durant quatre heures.

le
0

(CercleFinance.com) - Scénario assez troublant à Wall Street qui consolidait au cours de la matinée, puis qui est repassé soudain de -0,45% à l'équilibre entre 17h45 et 17h49... avant qu'une camisole algorithmique ultraserrée ne s'enclenche et maintienne le Dow Jones au sein d'un corridor 18.260/18.275 durant plus de quatre heures (soit 0,08% de volatilité, ce qui constitue presque un record historique de stagnation).

Au final, le Dow Jones s'effrite de -0,07%, le 'S&P' grappille +0,05% (fourchette 2.160/2.162,5 durant quatre heures) et le Nasdaq cède -0,12% (fourchette 5.306/5.312, là encore, 0,08% de volatilité).

Un tel comportement témoigne d'une prise de contrôle total du marché par des opérateurs agissant de façon concertée pour écraser la volatilité et cherchant tous à obtenir que le niveau de clôture soit globalement égal à zéro.

Ce n'est plus un marché, c'est un jeu électronique où quelques opérateurs influents font manifestement équipe.

Il y a avait pourtant matière à miser plutôt sur la hausse des indices, le baril de WTI affichant +1,5% et franchissant la barre des 51 dollars sur le NYMEX contrat décembre (nouvelle réunion informelle programmée à Istanbul entre membres de l'OPEP).

L'or a poursuivi sa chute (-1% vers 1.255 dollars l'once) tandis que le rendement du T-Bond 2026 a progressé de +1,5 point vers 1,73%: l'écart à la baisse sur le métal précieux depuis lundi excède de très loin l'ampleur de la hausse des taux longs américains... et plus encore la hausse symétrique du dollar vers 1,1150/euro (soit +1% depuis lundi contre -6,5% sur l'once d'or).

'Si l'enquête ADP s'est révélée moins bonne que prévu hier, le marché reste convaincu que les chiffres de demain renforceront les tenants d'un resserrement monétaire', indiquait un professionnel.

Les inscriptions hebdomadaires au chômage publiées ce jeudi vont dans le bons sens puisqu'elles ressortent en baisse de -5.000 à 249.000 et flirtent avec un plancher de neuf ans, les optimistes évoquant de nouveau le plein emploi.

Le consensus concernant le 'NFP' publié vendredi tourne autour de +175.000 créations, tout chiffre supérieur ferait grimper les taux américains et le dollar, lequel remonte à 1,1150/euro.

Parmi les titres les plus ramassés, on notait Whole Foods +4,9%, Salesforce +4,15%, Home Depot +2,2%, Schlumberger +1,6%, Conoco et Halliburton +1,4%... mais étrangement, la plupart des valeurs pétrolières terminaient dans le rouge.

La hausse du baril s'explique en partie par l'arrivée de l'ouragan Matthiew qui entraine la fermeture de nombreuses installations en offshore.

Côté repli, lourde chute de Walmart -3,2%, Tesla -3,6%, Biomarin et Vertex -3,1%, Gilead -1,8%.

Et hors catégorie, Twitter dévissait de -20% alors que Google ne serait plus intéressé par ce dossier.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant