Wall Street stable à l'ouverture, après une semaine de hausse

le
0

Wall Street hésitait à l'ouverture vendredi, ruminant ses interrogations sur le programme politique et les orientations monétaires, à l'issue d'une semaine de hausse: le Dow Jones avançait de 0,01% tout comme le Nasdaq.

Vers 15H15 GMT, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average prenait 1,75 point à 18.905,57 points et le Nasdaq, à dominante technologique, 0,33 point à 5.334,31 points. L'indice élargi S&P500 concédait 0,17 point, ou 0,01%, à 2.186,95 points.

Jeudi, la Bourse de New York avait terminé en hausse, de bons indicateurs américains remettant temporairement les marchés sur leur trajectoire post-électorale positive: le Dow Jones avait gagné 0,19% et le Nasdaq 0,74%.

"Les marchés américains oscillent autour de l'équilibre dans les premiers échanges, avec la forte volatilité post-électorale qui continue de pâlir", ont indiqué les experts de la maison de courtage Charles Schwab dans une note.

Wall Street marquait en effet le pas, cherchant à savoir où aller après la forte hausse provoquée par l'élection de Donald Trump, dans la perspective notamment d'un plan de relance budgétaire.

"Le marché des actions a embrassé une posture pro-croissance, mais est-il allé trop loin ?", s'interrogeait Patrick O'Hare de Briefing dans une note.

Parmi les autres interrogations figurent également les conséquences d'un resserrement monétaire dont la très grande majorité des analystes considère désormais que la première étape interviendra lors de la réunion de la Réserve fédérale (Fed) les 13 et 14 décembre.

Jeudi, la patronne de la Fed a d'ailleurs confirmé qu'elle souhaitait une hausse des taux directeurs américains "relativement rapidement".

Plusieurs autres responsables de la banque centrale américaine doivent s'exprimer vendredi: les présidents des antennes de New York, William Dudley, de Kansas City, Esther George et de Dallas, Robert Kaplan.

- Gap dégringole -

Les investisseurs s'interrogent également sur les conséquences d'un dollar fort et sur l'issue des tractations entre membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) pour faire remonter les cours.

Seul indicateur notable jeudi, l'indice composite Conference Board de l'activité économique, publié peu après l'ouverture, est ressorti en faible progression en octobre.

Le marché était animé par une série de résultats dans la distribution, le géant de l'habillement Gap dégringolait de 9,12% à 27,91 dollars après avoir à nouveau fait état d'une baisse de ses ventes trimestrielles.

Dans le même secteur, le spécialiste de la chaussure de sport, Foot Locker avançait de 0,25% à 71,53 dollars. Son bénéfice est supérieur aux attentes au dernier trimestre mais les ventes à nombre de magasins comparable ont un peu déçu les investisseurs.

Dans le secteur technologique, Salesforce qui a présenté des résultats trimestriels globalement conforme aux attentes analystes mais a ravi les marchés avec ses prévisions et montait de 3,75% à 78,01 dollars.

Le constructeur américain de voitures électriques Tesla (-1,12% à 186,54 dollars) et le producteur d'énergie solaire SolarCity (+0,49% à 20,50 dollars) ont obtenu le feu vert de leurs actionnaires respectifs à leur fusion à 2,6 milliards de dollars, éliminant le dernier gros obstacle à ce mariage controversé.

Amazon (+0,66% à 761,41 dollars) se prépare à porter son combat avec Netflix (-0,61% à dollars 114,33) à l'échelle mondiale, avec une expansion massive de son service de vidéo en ligne en streaming, a indiqué le Wall Street Journal, en citant des sources proches du dossier.

Le marché obligataire avançait, le rendement des bons du trésor à 10 ans reculant à 2,286% contre 2,293% jeudi soir, et celui des bons à 30 ans à 2,984% contre 3,006% précédemment.

lla/jld/nth


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant