Wall Street soutenue par l'indice ISM malgré l'Ukraine

le
0
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS

par Chuck Mikolajczak et Caroline Valetkevitch

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a terminé en légère hausse lundi, les investisseurs ayant surmonté leurs craintes d'ordre géopolitiques tenant à la situation en Ukraine à la faveur d'une bonne statistique de l'activité des services aux Etats-Unis.

La hausse a été un peu plus marquée pour le Nasdaq, soutenu par Apple qui a terminé à plus de 600 dollars pour la première fois depuis octobre 2012.

L'indice Dow Jones a gagné 17,66 points (0,11%) à 16.530,55. Le S&P-500 a pris 3,52 points, soit 0,19%, à 1.884,66. Le Nasdaq Composite a gagné 14,16 points (0,34%) à 4.138,06.

La croissance du secteur des services s'est accélérée en avril aux USA, à son rythme le plus rapide en huit mois, suivant l'indice ISM (Institute for Supply Management).

"Voilà qui confirme une fois de plus que l'économie se renforce et que nous sommes partis pour une croissance plus soutenue", a dit Peter Cardillo (Rockwell Global Capital). "On a eu malheureusement ces gros titres sur l'Ukraine semblant annoncer une escalade des tensions mais une fois que le marché a réalisé que l'économie allait mieux, on a remonté".

Auparavant, la Bourse s'était orientée à la baisse, réagissant à la crainte que l'économie chinoise ne perde de son allant et à la montée des périls en Ukraine.

L'activité manufacturière s'est davantage contractée qu'il n'avait été annoncé dans un premier temps en avril en Chine, comme en a témoigne un indice PMI HSBC/Markit des directeurs d'achats révisé à 48,1 contre 48,3 dans une première version fin avril.

Le gouvernement ukrainien a annoncé lundi l'envoi des forces spéciales à Odessa pour mettre au pas les séparatistes pro-russes alors que les combats se poursuivent dans l'Est, autour de Slaviansk où un hélicoptère a de nouveau été abattu.

Aux valeurs, Pfizer a cédé 2,6. Le premier groupe pharmaceutique mondial a publié lundi un chiffre d'affaires trimestriel nettement inférieur aux attentes en raison de la baisse de ses ventes de génériques, soulignant son intérêt à acquérir AstraZeneca pour trouver de nouvelles sources de croissance.

Target a annoncé lundi le départ de son PDG Gregg Steinhafel à la suite du vaste piratage informatique de fin décembre qui avait grevé les profits du numéro trois américain de la distribution, ébranlé la confiance des consommateurs et suscité l'ouverture d'une enquête féderale.

L'action a décroché de 3,45%.

Les banques sont restées sous pression - leur indice a perdu 0,42% - avec JPMorgan Chase qui a cédé 2,4%. La banque a annoncé vendredi soir s'attendre à une baisse d'environ 20% de ses activités sur les marchés d'actions et obligations au deuxième trimestre.

Apple a gagné 1,41% à 600,96 dollars. Un tribunal a laissé inchangés à 119,6 millions de dollars les dédommagements que Samsung Electronics doit verser à la firme à la pomme pour infraction au droit des brevets.

Après la clôture, l'assureur AIG a publié un bénéfice trimestriel en recul de 27%, en raison d'indemnisations pour catastrophes naturelles. L'action gagnait 1% en après-Bourse.

(Wilfrid Exbrayat pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant