Wall Street salue la formation du gouvernement italien

le
0
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS

par Rodrigo Campos et Ryan Vlastelica

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a fini en hausse lundi - et l'indice S&P-500 a terminé à un nouveau record - réagissant favorablement, après les Bourses européennes, à la formation d'un gouvernement en Italie, ainsi qu'à une statistique immobilière meilleure que prévu.

Trois jours après sa nomination, Enrico Letta a présenté samedi au président italien Giorgio Napolitano la composition de son gouvernement de coalition dans lequel Angelino Alfano, l'un des plus proches alliés de Silvio Berlusconi, aura le rang de vice-président du Conseil.

Le gouvernement Letta semble par ailleurs donner la priorité à la croissance sur l'austérité, suivant le discours de politique générale prononcé lundi.

"Le marché évolue surtout en fonction des bonnes nouvelles d'Europe", a dit Kim Forrest (Fort Pit Capital Group), prenant en référence la baisse des rendements obligataires italiens.

"Après les élections, on se demandait vraiment si l'Italie pourrait former un gouvernement; à présent non seulement on est vraiment soulagé mais on attend en plus un coup de pouce de la BCE", a déclaré Alec Young (S&P Equity Research).

La Réserve fédérale et la Banque centrale européenne (BCE) tiennent réunion cette semaine. Les marchés attendent de la première qu'elle poursuive son programme de rachats d'actifs sans l'amoindrir et de la seconde qu'elle abaisse les taux.

Ces anticipations contribuent à leur manière à soutenir le marché.

L'indice Dow Jones a pris 106,20 points (0,72%) à 14.818,75. Le S&P-500 a gagné 11,37 points (0,72%) à 1.593,61. Le Nasdaq Composite a avancé de 27,76 points (0,85%) à 3.307,02.

Au plan des statistiques, les promesses de ventes immobilières aux Etats-Unis ont augmenté de 1,5% en mars, la reprise du marché restant solide, selon les chiffres de l'Association nationale des agents immobiliers (NAR).

Pour ce qui est des résultats de sociétés, sur les 274 sociétés de l'indice S&P-500 qui ont publié leurs comptes, 69% ont battu le consensus pour le bénéfice et 43,2% ont publié un chiffre d'affaires supérieur aux attentes.

Mais selon des données Thomson Reuters, la seconde moitié de la "saison" des résultats risque d'être moins bonne que la première. Le bénéfice combiné des sociétés qui ont déjà publié a augmenté de 6,1%, alors que celui des sociétés qui doivent encore le faire serait en recul de 0,4%.

Aux valeurs, Apple, avec un gain de 3,1%, a largement contribué à la hausse de 1,64% du compartiment high tech, composé de valeurs dite de croissance.

Selon une source, le concepteur de l'iPhone et de l'iPad a lancé lundi le processus de ce qui pourrait être le premier emprunt obligataire de son histoire, dans le cadre du plan de redistribution de 100 milliards de dollars d'ici fin 2015 annoncé la semaine dernière.

Wilfrid Exbrayat pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant