Wall Street reprend son souffle et finit étale

le
0
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS

par Chuck Mikolajczak et Ryan Vlastelica

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a terminé étale la séance de lundi, les investisseurs n'ayant guère trouvé de motifs de poursuivre leurs achats, à la suite d'un rally de six séances consécutives pour l'indice S&P.

Ce dernier a réalisé sa série haussière la plus longue depuis la mi-avril et lui et le Dow Jones ont terminé à des records vendredi. Même si la tendance haussière de Wall Street apparaît intacte, des indicateurs économiques internationaux mitigés sont là pour restreindre les gains.

L'indice Dow Jones a perdu 9,82 points (0,06%) à 16.937,26 points. L'indice Standard & Poor's 500 a cédé 0,26 point (0,01%) à 1.962,61. Le Nasdaq Composite a pris 0,64 point (0,01%) à 4.368,68.

Aux Etats-Unis, le secteur manufacturier a enregistré en juin une croissance plus forte que prévu et la plus élevée depuis plus de quatre ans, suivant les premiers résultats de l'enquête Markit auprès des directeurs d'achat.

La statistique immobilière du jour a également été encourageante. Les reventes de logements aux Etats-Unis ont augmenté plus que prévu en mai, de 4,9%, soit leur hausse la plus forte depuis août 2011.

Bonne performance également de l'indice PMI HSBC montrant que l'activité dans le secteur manufacturier chinois s'est révélé être en expansion en juin pour la première fois depuis six mois.

Mais les choses se gâtent avec l'indice PMI de la zone euro, témoin d'une croissance du secteur privé qui a, contre toute attente, ralenti en juin malgré la poursuite du mouvement de baisse des prix facturés par les entreprises, qui cherchent ainsi à relancer leurs ventes,

"Pour l'heure nous assimilons les gains de la semaine dernière et gardons un oeil sur toutes les statistiques économiques qui tombent cette semaine", a commenté Leo Grohowski (BNY Mellon Wealth Management).

"Nous n'aurons sans doute pas de rétrogradage d'ampleur au vu des fusions et acquisitions nombreuses du moment mais nous avons aujourd'hui une séance calme de consolidation".

Plusieurs histoires de fusions et acquisitions sont venues animer la séance.

General Electric a perdu un peu plus de 1%. Alstom s'est prononcé samedi en faveur de l'offre du conglomérat américain, malgré une offre rivale de l'allemand Siemens et du japonais Mitsubishi Heavy Industries.

Oracle a annoncé lundi le rachat de Micros Systems pour 5,3 milliards de dollars, une opération qui illustre la volonté prêtée au numéro deux mondial des logiciels professionnels de se relancer par la croissance externe.

Oracle a gagné 0,7% et Micros 3,4%.

Wisconsin Energy a annoncé lundi avoir conclu le rachat d'Integrys Energy Group pour 5,71 milliards de dollars afin de se renforcer sur le marché de l'électricité et du gaz naturel dans le Midwest américain.

Wisconsin a cédé 3,5% et Integrys a bondi de plus de 12%.

Du côté des baisses, ParkerVision a dégringolé de plus de 63%, un juge ayant invalidé le verdict d'un jury qui enjoignait Qualcomm de lui verser 173 millions de dollars pour infraction au droit des brevets. Qualcomm a perdu 0,5%.

(Wilfrid Exbrayat pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant