Wall Street recule face à l'incertitude sur la Grèce

le , mis à jour à 22:31
0
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS

NEW YORK (Reuters) - La Bourse de New York a fini dans le rouge mercredi, les investisseurs réduisant leur exposition aux actifs à risque face à l'incertitude persistante sur l'issue des discussions en cours entre la Grèce et ses bailleurs de fonds.

L'indice Dow Jones a perdu 178 points, soit 0,98%, à 17.966,07. Le Standard & Poor's-500 a cédé 15,62 points (-0,74%) à 2.108,58 et le Nasdaq Composite a reculé de 37,68 points (-0,73%) à 5.122,41.

Les dix grands indices sectoriels du S&P ont tous fini en recul, la baisse atteignant 1,27% pour celui des matériaux de base.

La réunion des ministres des Finances de la zone euro à Bruxelles, censée étudier le fruit des pourparlers sur la Grèce, a duré moins d'une heure et le vice-président de la Commission européenne a expliqué que les discussions allaient se poursuivre toute la nuit, avec pour objectif de parvenir à un accord avant un nouvel Eurogroupe prévu jeudi à 13h00.

"L'optimisme sur la proximité d'un accord s'est dissipé. Cela ne signifie pas qu'il n'y en aura pas mais les investisseurs semblent moins confiants qu'il y a quelques jours", explique Phil Orlando, responsable de la stratégie actions de Federated Investors.

"Si la Grèce fait défaut, l'impact économique sur les Etats-Unis sera relativement limité mais risque lié à la nouvelle sera important et pourrait se traduire par une baisse de 5% ou même de 10%."

Les craintes liées à la dette grecque ont largement occulté l'annonce d'une révision à la hausse des chiffres du produit intérieur brut (PIB) américain au premier trimestre, qui font apparaître une contraction limitée à 0,2% de l'économie sur les trois premiers mois de l'année, contre -0,7% annoncé le mois dernier.

MONSANTO CHUTE, APPLE MONTE, GM RECULE

Ces statistiques ne modifient pas le pronostic dominant à Wall Street sur une première hausse des taux d'intérêt de la Réserve fédérale en septembre.

Aux valeurs, Monsanto a chuté de 5,72% malgré des résultats trimestriels meilleurs qu'attendu, le géant des semences et de l'agrochimie ayant dit prévoir des conditions de marché difficiles au-delà de l'exercice 2014-2015.

Apple a gagné 0,85%, l'un des principaux soutiens aux grands indices du marché, après les déclarations de l'investisseur activiste Carl Icahn sur les opportunités de progression du cours.

Le spécialiste de la télévision en ligne Netflix a en revanche abandonné 0,38%, Carl Icahn ayant précisé avoir vendu ses dernières actions du groupe, dont le cours a pratiquement doublé depuis le début de l'année. Ce désengagement l'a emporté sur le feu vert du conseil d'administration à une division par sept du nominal du titre, qui devrait favoriser sa liquidité.

Lennar, le numéro deux de la construction résidentielle a bondi de 4,2% après la publication d'un bénéfice trimestriel en hausse de 33% et supérieur aux attentes, qui traduit la croissance de l'activité et des prix.

General Motors a quant à lui reculé de 3,14%. L'administrateur délégué de Fiat Chrysler Automobiles (-2,03%) ayant déclaré que son groupe était "très loin" de présenter une quelconque offre de rapprochement.

(Ryan Vlastelica, Marc Angrand pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant