Wall Street rebondit grâce à Alcoa, le Dow Jones gagne 0,70%

le
0
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS

par Ryan Vlastelica

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a gagné plus de 0,5% mercredi, mettant fin à une série de cinq séances de baisses consécutives, entraînée par le bond du titre Alcoa après que le géant d'aluminium, qui a ouvert mardi la "saison des résultats", a fait état d'un bénéfice inattendu pour le premier trimestre.

L'indice Dow Jones des 30 industrielles a gagné 0,70%, soit 89,46 points, à 12.805,39 points. Le S&P-500, plus large, a pris 10,12 points, soit 0,74%, à 1.368,71 points. Le Nasdaq Composite a avancé de son côté de 25,24 points (+0,84%) à 3.016,46 points.

Mardi, sous le coup d'inquiétudes sur la conjoncture économique mondiale et, peut-être aussi, d'un mouvement de correction, le S&P 500, indice de référence des gérants de fonds, était tombé sous sa moyenne mobile à 50 jours pour la première fois depuis décembre.

Les secteurs cycliques, qui ont beaucoup reculé ces derniers jours, ont profité d'un mouvement d'achats à bon compte, le compartiment financier reprenant ainsi 1,59%, avec notamment un gain de 3,75% à 8,86 dollars pour Bank of America.

L'action Alcoa a terminé en hausse de 6,34% à 9,90 dollars après que le groupe, considéré comme un bon baromètre du secteur industriel américain, a dégagé, à la surprise générale, un résultat net positif au premier trimestre 2012, à la faveur d'une amélioration des conditions de marché.

"Les attentes étaient très peu élevées donc un démarrage positif de la saison des résultats est un signal positif bienvenu", a déclaré Jack Ablin, chargé des investissements chez Harris Private Bank.

"Ceci étant dit, nous allons pouvoir faire le point sur l'état de santé d'autres secteurs tout au long de la semaine et le marché va peut-être faire du surplace avant d'avoir un tableau complet."

Google, JPMorgan Chase et Citigroup figurent parmi les poids lourds de la cote américaine qui doivent publier leurs résultats semestriels cette semaine.

La chute de quelque 1,5% du S&P 500 mardi était la plus marquée en quatre mois. Les investisseurs sont en train d'évaluer si le repli de Wall Street -qui reste en nette hausse depuis le début de l'année- constitue une opportunité de rentrer sur un marché qui reste sur une bonne lancée sur les six derniers mois.

Deux heures avant la fin de la séance, dans son "Livre Beige", la Réserve fédérale a déclaré que l'économie américaine avait continué de croître au cours des derniers mois de l'hiver, tout en ajoutant que la hausse des prix de l'essence commençait à inquiéter les consommateurs et les entreprises à travers tout le pays.

Cette appréciation de la Fed n'a guère eu d'impact sur la tendance du jour.

Les inquiétudes concernant la crise de la dette de la zone euro se sont quelque peu apaisées après les déclarations de Benoît Coeuré, membre du directoire de la Banque centrale européenne (BCE), disant que le rachat d'obligations souveraines restait une arme à la disposition de la BCE.

L'action Apple a perdu 0,36% à 626,20 dollars après que le département américain de la Justice a annoncé des poursuites judiciaires à l'encontre d'Apple et de deux grands éditeurs pour entente sur le prix des livres électroniques.

Le titre Johnson & Johnson a peu réagi (-0,11% à 64,13 dollars) à un verdict d'un juge de l'Etat d'Arkansas disant que le groupe pharmaceutique devait payer une amende de 1,1 milliard de dollars après avoir été reconnu coupable par un jury d'avoir eu recours à une tactique illicite pour commercialiser un médicament.

Benoit Van Overstraeten pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant