Wall Street: rebondit comme l'Europe et perte hebdo limitée.

le
0

(CercleFinance.com) - Wall Street met un terme à une série de 5 séances de replis consécutives... mais qui n'ont pas occasionné de dégâts comparables à ceux observés en Europe.

L'Euro-Stoxx50 chute de -4,2% sur la semaine écoulée tandis que le S&P500 ne cède que -0,8% et le Dow Jones cède au pire -1,4%.

Cette séance de vendredi a fait beaucoup de bien aux indices US à la veille d'un weekend de 3 jours (lundi sera férié pour cause de Président's Day).

L'indice Dow Jones gagne 2% à 15.973, manquant de peu d'accrocher les 16.000, le 'S&P' engrange +1,95% grâce à l'envol des valeurs financières et des pétrolières.

L'effet Commerzbank/Deutsche Bank (+12 et +18% respectivement) semble avoir alerté les vendeurs à découvert qui ont couvert leurs positions (en se rachetant massivement en fin de séance).

JP-Morgan a de surcroit bénéficié de l'effet d'annonce de l'achat d'un paquet de 500.000 actions (soit un investissement de 25Mns$) par son PDG, Jamie Dimon qui ne fait que recycler son bonus annuel de 27Mns$ (dans un contexte où le placer en bons du Trésor ne lui rapporterait rien).

Les autres géants du secteur ont également trusté les meilleurs performances du jour : Citigroup flambe de +7,3%, Bank of America de 7,1%, Morgan Stanley de +6,65%, AIG de +4,9%, Keycorp de +4,85%, Wells Fargo de +4,75%, Goldman Sachs de +4%...

Parmi les éléments positifs -et décisifs- du jour, le baril de WTI explose de +11% vers 29,05$ sur le NYMEX et redonne du tonus aux valeurs pétrolières : Devon Energy s'envole de +13%, Southwestern Energy de +10%, Anadarko et Apache de +6%, Marathon Oil de +5,6%, Nal Oilwell de +4,6%, etc.

Compte tenu de la volatilité ambiante, de l'actualité bancaire et pétrolière, la toile de fond 'macro' a peu influencé la tendance: les chiffres US du jour alternent d'ailleurs le bon et le moins bon.

Les ventes de détail progressent de +0,2% (comme au mois de décembre (après révision) et de +0,6% hors auto.

En ce qui concerne l'indice de confiance des consommateurs du Michigan, c'est plutôt décevant : il ressort à 90,7 en estimation préliminaire, en recul de 1,3 point par rapport à l'estimation finale de janvier (92Pts) alors que le consensus tablait en moyenne sur 92,7.

Les prix à l'importation ont sans surprise chuté de -1,1% en janvier et de -0,2% hors énergie.

Avec le repli de -10% du VIX -me baromètre du stress- vers 25,40, les investisseurs ont délaissé les actifs refuges comme les T-Bonds qui corrigent de +9Pts de base à 1,75% en clôture.

Rappel: ils avaient atteint un plancher de 1,535% jeudi en début d'après-midi (un plancher de 3 ans), profitant d'un excès d'aversion au risque.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant