Wall Street pourrait inscrire de nouveaux records de clôture

le
1
LE S&P PEUT BATTRE DES RECORDS SI LA CRISE CHYPRIOTE EST ÉTOUFFÉE
LE S&P PEUT BATTRE DES RECORDS SI LA CRISE CHYPRIOTE EST ÉTOUFFÉE

par Chuck Mikolajczak

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a la possibilité d'inscrire de nouveaux records de clôture la semaine prochaine; pour autant que la question chypriote soit réglée de façon acceptable pour les investisseurs.

Gouvernement chypriote et représentants de la troïka se sont mis d'accord samedi sur la création d'une taxe exceptionnelle sur les dépôts bancaires supérieurs à 100.000 euros de nature à satisfaire les attentes des pays de la zone euro avant la réunion des ministres des Finances dimanche à Bruxelles.

Néanmoins, les négociations entre Chypre et la troïka des bailleurs de fonds internationaux sont à un "stade très délicat" et continueront dimanche à Bruxelles, a annoncé dans la nuit de samedi à dimanche le gouvernement chypriote.

En admettant qu'il soit mis un point final à la crise chypriote, les investisseurs porteront leur attention sur les indicateurs économiques - PIB définitif du quatrième trimestre, commandes de biens durables, promesses de vente dans l'immobilier entre autres - qui doivent tomber durant une semaine écourtée par le Vendredi saint. Wall Street sera fermée ce jour-là.

Dans la mesure où les statistiques attestent ces derniers temps d'une reprise lente et progressive de l'économie américaine, les investisseurs n'anticipent pas de mauvaises nouvelles la semaine prochaine.

Dans ces conditions, l'indice S&P-500 pourrait peut-être tenter un nouvel assaut pour dépasser son record de clôture de 1.565,15 voire son record en séance de 1.576,09. En dépit des tensions chypriotes, l'indice n'a perdu que 0,3% cette semaine et conserve un gain de plus de 9% depuis le début de l'année.

"On suppose un meilleur contexte, qu'il s'agisse des données de l'emploi, du PIB ou d'une hausse des dépenses de consommation révélée par les ventes au détail, et ce en dépit des entraves budgétaires", dit Sandy Lincoln (BMO Asset Management).

La Bourse pourrait également bénéficier d'un "toilettage de portefeuilles" de fin du trimestre, lorsque les gérants ajoutent des actions surperformantes dans leurs avoirs, comme l'indique Paul Mendelsohn (Windham Financial Services).

Pour autant, l'indice S&P fait face à une vive résistance. Il a ainsi atteint un pic de 1.563,62 avant de s'essouffler. S'il échouait encore plusieurs fois, cela risquerait au contraire d'encourager les dégagements, une éventualité que prédisent plusieurs analystes.

Quant à la "saison" des résultats, il ne reste plus qu'une poignée de publications en attente. Selon des données de Thomson Reuters, sur les 491 sociétés du S&P-500 qui ont annoncé leurs comptes, 69% ont dépassé le consensus contre 62% en moyenne depuis 1994 et 65% durant les quatre derniers trimestres.

Wilfrid Exbrayat pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9566237 le dimanche 24 mar 2013 à 17:45

    Ils ont une facilité à oublier leur dette colossale.