Wall Street portée par l'espoir d'un non au Brexit

le
0
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS

par Yashaswini Swamynathan et Rodrigo Campos

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a conclu la première séance de la semaine sur une nette hausse, récupérant la plus grande partie du terrain perdu la semaine dernière à la faveur de sondages qui semblent annoncer un renversement de tendance en faveur du maintien de la Grande-Bretagne dans l'Union européenne (UE).

Trois sondages parus ce week-end en Grande-Bretagne donnent le camp du "remain" (rester) en tête au terme du référendum du 23 juin mais l'incertitude reste totale sur l'issue de la consultation.

"Si j'avais une ceinture pendant que j'observe le marché sur mon siège, je la bouclerais", a dit Kim Forrest, analyste de Fort Pitt Capital Group. "Ca reste très serré mais au moins cela donne un peu d'espoir au marché".

L'indice Dow Jones a gagné 129,71 points (0,73%) à 17.804,87 points. Le S&P-500, plus large, a pris 12,03 points (0,58%) à 2.083,25 points. Le Nasdaq Composite a avancé de 36,88 points (0,77%) à 4.837,21 points.

Le S&P-500 a une fois de plus heurté une résistance à 2.100, un seuil surveillé de près par ceux qui veulent opérer des prises de bénéfice ces derniers temps.

Les 10 grands indices sectoriels du S&P-500 terminent tous dans le vert à l'exception de celui des valeurs des services aux collectivités (-0,4%).

Ce rebond de la Bourse n'a pas fait pas les affaires des valeurs jugées les plus sûres en période d'incertitude: l'or a ainsi perdu plus de 1% et Barrick Gold, le premier producteur aurifère mondial, a cédé 1,7%.

Le marché pétrolier est lui aussi en nette hausse et dans ce secteur Marathon Oil a gagné 10% après avoir annoncé le rachat de PayRock Energy Holdings, qui a une production d'environ 9.000 barils d'équivalent pétrole par jour dans des gisement de l'Oklahoma.

La question du Brexit une fois évacuée, Wall Street devra se préparer à la nouvelle "saison" des résultats trimestriels qui débutera le mois prochain.

Les analystes prévoient une baisse des bénéfices des entreprises du S&P-500 de 3,7% au deuxième trimestre, contre 3,5% la semaine passée, selon des données de Thomson Reuters. Ce serait mieux que le premier trimestre, qui a vu une contraction des bénéfices de 5%.

Selon ces mêmes données, la récession s'arrêterait au troisième trimestre, avec une croissance des résultats de 2,5% prévue pour ces trois mois-là.

Aux valeurs, Boeing a pris 2,3%, l'Iran ayant apparemment convenu de lui acheter 100 appareils.

JD.com a gagné 4,62%, Wal-Mart ayant annoncé la vente de son pôle en ligne à la société chinoise de commerce électronique.

Wal-Mart finit quasiment stable, sur un gain de 0,2%.

(Wilfrid Exbrayat pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant