Wall Street plie mais ne rompt pas face à la tourmente grecque

le
0
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a terminé en baisse sa première séance au retour du long week-end de l'Independence Day, résistant toutefois plutôt bien aux dernières péripéties de la crise grecque, à l'instar des places européennes.

Les Grecs ont dit "non" dimanche aux propositions des créanciers de leur pays mais les investisseurs gardent l'espoir qu'un compromis puisse être trouvé qui prévienne une sortie de la Grèce de la zone euro, surtout après la démission du ministre des Finances Yanis Varoufakis.

Les Bourses ont réagi en baisse un peu partout dans le monde aux derniers événements grecs mais les reculs ont été moins prononcés qu'on ne le craignait, les investisseurs pensant que la Banque centrale européenne (BCE), l'une des "institutions" créancières d'Athènes, s'emploiera à limiter les dégâts.

Ce qu'elle a fait en reconduisant en l'état la fourniture de liquidité d'urgence (ELA) aux banques grecques, en relevant toutefois la décote de certaines des garanties présentées par ces dernières pour pouvoir se refinancer.

"Le référendum ne change vraiment rien aux négociations", a dit Mark Luschini (Janney Montgomery Scott). "Je pense qu'après une première réaction épidermique, l'opinion majoritaire reste qu'un compromis est possible, qui laisse la Grèce dans la zone euro".

Wall Street a également réagi aux mesures d'urgence prises par les autorités chinoises durant le week-end pour remonter des Bourses locales dans la tourmente.

L'indice Dow Jones a perdu 46,53 points (0,26%) à 17.683,58. Le Standard & Poor's 500 a cédé 8,02 points (0,39%) à 2.068,76. Le Nasdaq Composite a lâché 17,27 points (0,34%) à 4.991,94.

Les investisseurs américains gardent aussi un oeil sur les indicateurs économiques, ne serait-ce que pour tenter de deviner leur impact sur le calendrier du futur resserrement monétaire de la Réserve fédérale.

La croissance des services a légèrement accéléré en juin aux USA après être tombée le mois précédent à son plus bas niveau en treize mois, suivant l'enquête de l'Institute for Supply Management (ISM).

Un autre indice a donné une vision un peu différente de l'activité du secteur tertiaire. Selon l'indice PMI Markit, la croissance des services a fléchi en juin pour le troisième mois consécutif, avec le ralentissement du marché de l'emploi et de la production.

Aux valeurs, l'assureur maladie Humana a pris 0,78% et son concurrent Aetna a cédé 6,44%. Aetna a annoncé vendredi dernier racheter Humana pour 37 milliards de dollars), soit la transaction la plus importante jamais effectuée dans ce secteur.

L'action Weight Watchers a gagné 8%, après avoir bondi de plus de 20% en séance, le New York Post ayant indiqué que le spécialiste du régime intéressait un fonds spéculatif.

(Tanya Agrawal et Ryan Vlastelica, Wilfrid Exbrayat pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant