Wall Street: PIB US ignoré? Non, volatilité sous contrôle!

le
0

(CercleFinance.com) - C'est une certitude, les indices boursiers américains ne sont pas autorisés à consolider après la série de records de la première quinzaine de juillet.

La seconde quinzaine se solde par une série historique de 12 oscillations au sein d'un corridor de 0,9% d'amplitude pour le S&P500 qui s'est quand même payé le luxe d'inscrire un nouveau plus haut absolu en intraday à 2.177,1 points : il a grappillé +0,17% vendredi soir à 2.174 et a engrangé +4,15% sur le mois écoulé.

Mais le scénario de consolidation à plat est assez proche pour le Dow Jones -également sous étroit contrôle algorithmique, il s'est effrité de -0,15% - et c'est le Nasdaq qui a bénéficié de l'essentiel du flux acheteur, ce qui lui a permis de combler une grande partie de son retard sur les indices historiques: il a gagné en effet +8% sur le seul mois de juillet contre +4,15% pour le 'S&P' et le Dow Jones qui font jeu égal (encore une coïncidence ?).

Le Nasdaq (+0,14%) a au passage établi un nouveau record annuel à 5.177 points en début de séance.

Il est assez troublant de constater que le 'Composite' surperforme le 'S&P' alors que les deux indices partagent une bonne centaine de titres: à aucun moment personne ne s'étonne de ce troublant découplage.

Il n'aura donc pas fallu longtemps aux opérateurs pour conclure que Wall Street venait de gagner au moins six mois supplémentaires sans hausse de taux.

La veille, les économistes estimaient encore que la Fed aurait pu agir en décembre, ce qui est de nouveau repoussé à juin 2017 (comme au lendemain du 'Brexit').

L'autre 'leitmotiv' que les permabulls ressassent en boucle depuis 48 heures, c'est que lorsque le 'S&P' stagne au sein d'un étroit corridor durant 10 séances (et ce vendredi, c'était la 12ème), la sortie est inévitablement haussière puisque par le passé, il en a toujours été ainsi.

Sauf que par le passé, la banque centrale au travers de ses principaux relais (banques systémiques de premier plan) n'était pas chaque jour 'à la manoeuvre', et pour être lucide, le seul acheteur face au 'marché'.

Les valeurs les plus travaillées ce vendredi furent, côté baisses, Exxon -1,4%, Seagate -1,8%, Gilead et Expedia -2,2%, Endo -3%, et Stericycle -14,2%.

Côté hausses, on retrouvait Regeneron +3,5%, Alphabet +3,3%, Tesla +1,8%, ... et les valeurs pétrolières reprenaient +3% en moyenne, le baril reprenant +1% afin de compenser le repli symétrique du dollar.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant