Wall Street pénalisée par les résultats et la politique US

le
0
LA BOURSE DE NEW YORK TERMINE EN NET REPLI
LA BOURSE DE NEW YORK TERMINE EN NET REPLI

NEW YORK (Reuters) - La Bourse de New York a terminé en net repli mardi après le démarrage jugé décevant de la saison des résultats trimestriels et alors que l'éventualité d'un changement de majorité au Congrès à l'issue des élections du 8 novembre préoccupe certains investisseurs.

L'indice Dow Jones a perdu 200,38 points, soit 1,09%, à 18.128,66. Le Standard & Poor's 500, plus large, a cédé 26,93 points (-1,24%) à 2.136,73 et le Nasdaq Composite a reculé de 81,89 points (-1,54%) à 5.246,79.

Alcoa, le producteur d'aluminium qui donne traditionnellement le coup d'envoi de ces publications, a chuté de 11,42%, sa plus forte baisse en une séance depuis cinq ans, après avoir publié au titre du troisième trimestre un chiffre d'affaires et un bénéfice inférieurs aux attentes.

Quant au spécialiste des diagnostics Illumina, il a abandonné 24,81% après avoir revu en baisse pour la deuxième fois sa prévision de chiffre d'affaires trimestriel.

Les analystes financiers tablent en moyenne sur un recul de 0,7% des bénéfices du S&P 500 pour le trimestre juillet-septembre selon les données Thomson Reuters, ce qui marquerait leur cinquième trimestre consécutif de baisse.

"Les attentes sont très modestes, ce qui signifie que la barre est déjà basse. Si certains n'arrivent pas à répondre aux attentes, les investisseurs vont rapidement prendre le chemin de la sortie", explique Adam Sarhan, directeur général de Sarhan Capital.

Parallèlement, le marché suit de plus en plus attentivement l'évolution de la campagne pour les élections du 8 novembre. Le regain de tension des derniers jours au sein du camp républicain a conduit certains observateurs à prédire qu'à une victoire d'Hillary Clinton face à Donald Trump pourrait s'ajouter une importante poussée démocrate au Congrès.

LE SECTEUR DE LA SANTÉ À LA PEINE, APPLE EN HAUSSE

"On parle de plus en plus de la possibilité d'un changement de majorité au Congrès", explique ainsi Ernie Cecilia, responsable de la stratégie d'investissement Bryn Mawr Trust. "Et en fait, ça n'est pas réellement intégré par le marché."

Tous les sous-indices sectoriels du S&P 500 ont fini la journée dans le rouge, la plus mauvaise performance allant à celui de la santé - considéré comme l'un des plus exposés à l'issue des élections - avec un recul de 2,51%.

Les secteurs de l'énergie (-1,17%) et des matières premières (-1,29%) ont également pesé sur la tendance, sur fond de baisse marquée des cours du pétrole et de hausse du dollar.

Sur le marché des changes, le billet vert s'est en effet apprécié de 0,75% sur la journée face à un panier de devises de référence, profitant entre autres de l'augmentation - à plus de 70% - de la probabilité estimée d'une hausse de taux en décembre selon le baromètre FedWatch de CME Group.

Signe supplémentaire de la nervosité des investisseurs, l'indice de volatilité du CBOE, surnommé par certains "l'indice de la peur" a gagné près de 15% sur la journée.

A la hausse, Apple a gagné 0,22%, l'une des rares progressions au sein du Dow Jones, et touché un plus haut de dix mois après la décision de son grand rival sud-coréen Samsung d'abandonner définitivement son modèle Galaxy Note 7 en raison des risques d'incendie liés à la batterie.

(Lewis Krauskopf, avec Yashaswini Swamynathan,; Marc Angrand pour le service français)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant