Wall Street ouvre sur une note stable

le
0
WALL STREET OUVRE SUR UNE NOTE STABLE
WALL STREET OUVRE SUR UNE NOTE STABLE

NEW YORK (Reuters) - Wall Street débute sur une note stable mardi, autour de ses récents pics pluriannuels, en attendant le discours de Barack Obama sur l'état de l'Union à 2h00 GMT.

Le président des Etats-Unis va mettre l'accent sur la défense des classes moyennes, l'immigration et le contrôle des armes à feu, trois thèmes qu'il espère transformer en marqueurs de sa présidence.

L'économie sera aussi l'un des grands thèmes abordés et les investisseurs attendent notamment des indications sur les négociations en cours pour éviter des réductions massives et automatiques des dépenses de l'Etat à partir du 1er mars.

"Le marché est vraiment calme, en attendant de voir quelle est la feuille de route pour les quatre années à venir", dit Kim Forrest, analyste chez Fort Pitt Capital Group à Pittsburgh.

L'indice Dow Jones gagne 0,08%, à 13.982,00. Le Standard & Poor's 500, plus large, progresse de 0,03% à 1.517,46 et le Nasdaq Composite cède 0,03% à 3.191,06.

La tendance reste positive après six semaines de hausse d'affilée pour l'indice S&P.

Coca Cola recule de plus de 2% après avoir publié un bénéfice trimestriel en hausse et supérieur au consensus, grâce à de fortes ventes sur les marchés émergents, mais un chiffre d'affaires inférieur aux attentes, affecté par la faiblesse de la demande européenne.

Goodyear perd 2,3% après avoir revu en baisse mardi son objectif annuel de résultat opérationnel pour tenir compte de la restructuration de son site d'Amiens, en France, et de la dévaluation de la monnaie vénézuélienne.

Avon en revanche, leader mondial des ventes directes de cosmétiques, s'adjuge près de 12% après avoir publié un bénéfice trimestriel meilleur que prévu.

De même, Rexnord prend plus de 8%. Le fabricant de composants industriels explore des alternatives stratégiques, sans exclure une vente pure et simple.

Peu avant l'ouverture, un responsable du G7 a fait savoir que le communiqué publié dans la matinée en faveur d'une fixation des taux de change par les marchés avait été mal interprété et visait à exprimer sa préoccupation face aux fluctuations jugées excessives du yen japonais et aux déclarations de Tokyo sur le niveau du yen.

Juliette Rouillon pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant