Wall Street ouvre en recul, craintes sur le pétrole et le rouble

le
0
WALL STREET OUVRE EN RECUL, CRAINTES SUR LE PÉTROLE ET LE ROUBLE
WALL STREET OUVRE EN RECUL, CRAINTES SUR LE PÉTROLE ET LE ROUBLE

NEW YORK (Reuters) - La Bourse de New York a ouvert en baisse mardi, affectée par le recul des cours du pétrole et la chute du rouble qui ravivent les inquiétudes sur la croissance mondiale, créant une aversion généralisée au risque.

Dans les premiers échanges, l'indice Dow Jones perd 61,65 points, soit 0,36%, à 17.119,19. Le Standard & Poor's 500, plus large, recule de 0,41% à 1.981,48 et le Nasdaq Composite cède 0,44% à 4.585,06.

Aux Etats-Unis, les marchés attendent notamment le résultat, mercredi, de la réunion du comité de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine. Sur le front de l'immobilier, les mises en chantier ont reculé de 1,6% en novembre aux Etats-Unis.

Le pétrole a repris sa chute mardi, avec un recul de 3,40% du brut léger américain, sous les 55 dollars le baril, et un repli de 3,55% du Brent, sous les 60 dollars, pour la première fois depuis juillet 2009.

Le rouble a perdu jusqu'à 15% de sa valeur mardi, sa plus forte baisse depuis la crise financière russe de 1998, malgré le relèvement de 650 points de base du taux directeur de la banque centrale russe. Moscou a attribué la baisse de sa monnaie et celle du pétrole à la spéculation et à la politique occidentale.

"Le marché est focalisé sur des préoccupations macroéconomiques au niveau mondial avant toute chose", commente Art Hogan (Wunderlich Securities).

L'indice PMI "flash" composite de l'évolution de l'activité du secteur privé dans la zone euro a légèrement progressé à 51,7 en décembre mais la tendance reste faible et les entreprises continuent de baisser les prix.

En Chine, l'activité manufacturière s'est contractée en décembre pour la première fois depuis sept mois

Sur le plan sectoriel, le secteur de l'énergie pèse sur la tendance, affichant une perte de 0,81%. Tous les autres indices sectoriels sont dans le rouge, à l'exception de celui de l'industrie qui grignote 0,24%.

Aux valeurs, Boeing gagne 2,50% porté par l'annonce d'une augmentation de deux milliards de dollars, à 12 milliards, du montant maximal de son programme de rachat d'actions.

Coca-Cola abandonne 1,62%. Le numéro un mondial des boissons non alcoolisées a dit lundi que la croissance de son bénéfice par action ajusté des effets de change ne devrait "guère être différente" l'an prochain de celle attendue pour 2014.

Dans le compartiment des petites valeurs, Navistar International chute de 9,95% après avoir publié mardi une perte inattendue, en raison notamment de charges de restructuration.

(Claude Chendjou pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant