Wall Street ouvre en baisse, réveil des doutes sur la croissance

le
0
WALL STREET OUVRE EN BAISSE, RÉVEIL DES DOUTES SUR LA CROISSANCE
WALL STREET OUVRE EN BAISSE, RÉVEIL DES DOUTES SUR LA CROISSANCE

NEW YORK (Reuters) - La Bourse de New York a ouvert en baisse mardi, rattrapée par les inquiétudes sur l'économie mondiale dans la foulée d'une nouvelle contraction de l'activité manufacturière en Chine et d'une baisse inattendue des taux en Australie.

L'indice Dow Jones perdait 123,96 points, soit 0,69%, à 17.767,20 après 10 minutes d'échanges. Le Standard & Poor's 500, plus large, reculait de 0,70% à 2.066,78 et le Nasdaq Composite cédait 0,69% à 4.784,58.

L'activité manufacturière s'est contractée pour un quatorzième mois consécutif en avril en Chine, selon l'indice Caixin-Markit des directeurs d'achat (PMI), tandis que la banque centrale australienne a réduit son taux directeur d'un quart de point à 1,75%, un plus bas historique.

"Les nouvelles négatives en provenance de Chine et d'Australie, obligée de soutenir à nouveau son économie, sèment la peur sur les marchés aujourd'hui", dit Peter Cardillo, chef économiste chez First Standard Financial à New York. "Le marché est au milieu d'un mouvement de repli et nerveux au sujet d'une baisse de la croissance, qui pourrait signifier des bénéfices plus faibles dans les trimestres à venir", ajoute-t-il.

Les résultats trimestriels mitigés publiés jusqu'à présent par les entreprises cotées ont mis un coup d'arrêt la semaine dernière au redressement de Wall Street observé depuis mi-février.

Même si les bénéfices des sociétés cotées au S&P-500 ont pour l'instant plutôt dépassé les attentes des analystes, ils restent globalement attendus en recul de 5,7% par rapport à l'année dernière, selon les données Thomson Reuters.

Pfizer a annoncé mardi un chiffre d'affaires trimestriel largement supérieur au consensus et a relevé ses objectifs annuels, ce qui fait grimper l'action du géant pharmaceutique de 2,44% à 33,60 dollars, de loin la plus forte des rares hausses du Dow Jones.

Parmi ces dernières figure aussi Apple, en hausse de 0,23% à 93,86 dollars. Le titre est plombé depuis plus d'une semaine par les inquiétudes liées aux ventes de l'iPhone. S'il subissait une neuvième séance consécutive de baisse, il s'agirait d'une série inédite depuis juin 1991.

A l'inverse, l'assureur American International Group (AIG) voit son titre reculer de 2,44% à 55,21 dollars après avoir publié un bénéfice inférieur aux attentes pour un troisième trimestre consécutif.

(Tanya Agrawal, Bertrand Boucey pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant