Wall Street ouvre en baisse, l'Europe reste en ligne de mire

le
1
Wall Street ouvre en baisse, l'Europe reste en ligne de mire
Wall Street ouvre en baisse, l'Europe reste en ligne de mire

NEW YORK (Reuters) - Les places boursières américaines ont ouvert en baisse mercredi, alors que la hausse des rendements obligataires espagnol et italien renforçait les craintes sur la crise des dettes souveraines en zone euro.

Dans les premiers échanges, le Dow Jones reculait de 0,92% à 12.465,65 points. Le Standard & Poor's, plus large, cédait 0,98% à 1.319,31 points tandis que le composite du Nasdaq perdait 1,15% à 2.837,90 points.

Le rendement des obligations espagnoles à 10 ans évolue non loin du seuil de 7%, un niveau qui avait auparavant forcé d'autres pays à demander une aide internationale.

Celui des obligations italiennes à 10 ans a pour sa part dépassé la barre de 6% pour la première fois depuis janvier après une adjudication.

Les investisseurs s'inquiétaient également du sort de la Grèce dans la perspective des élections législatives du 17 juin. Un nouveau sondage publié mercredi redonne la Coalition de la Gauche radicale (Syriza), opposée à la rigueur, en tête des intentions de vote.

Du côté des statistiques, les opérateurs de marché surveilleront la publication à 14h00 GMT des promesses de ventes de logement pour le mois d'avril. Les économistes interrogés par Reuters attendent une progression de 0,1%.

Sur le front des valeurs, Research In Motion chutait de 9,06% à 10,44 dollars. Le fabricant du Blackberry a lancé un avertissement sur ses résultats pour le trimestre en cours et annoncé avoir recruté des banquiers pour participer à un audit de ses activités.

L'action Facebook progressait de 1,2% à 28,50 dollars après être tombée mardi sous le seuil des 30 dollars, touchant un plus bas de séance à 28,65 dollars et terminant à 28,84 dollars, près de dix de moins que son prix d'introduction en Bourse, en raison de doutes persistants entourant les perspectives de croissance du réseau social.

De son côté, Apple reculait de 0,35% à 570,31 dollars. Le PDG de la marque à la pomme, Tim Cook, a déclaré mardi que son groupe portait un "vif intérêt" à la télévision avant de préciser toutefois que les fruits des efforts en ce domaine seraient dévoilés petit à petit, alors que les rumeurs sur l'arrivée imminente d'une "iTV" vont croissant.

Blandine Hénault pour le service français, édité par Nicolas Delame

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • marshaka le mercredi 30 mai 2012 à 16:02

    Heureusement, les américains n'ont pas de problème de dettes, vite achetez du dollar... n'importe quoi ces articles ! Et l'espoir de hausse des exportations grâce à la baisse de l'euro !