Wall Street ouvre en baisse après la dévaluation du yuan

le
0
WALL STREET OUVRE EN BAISSE APRÈS LA DÉVALUATION DU YUAN
WALL STREET OUVRE EN BAISSE APRÈS LA DÉVALUATION DU YUAN

(Reuters) - Wall Street a ouvert mardi en baisse sur fond d'inquiétudes pour la santé de l'économie chinoise après la dévaluation du yuan.

L'indice Dow Jones perdait 147,39 points peu après l'ouverture, soit 0,84%, à 17.467,78. Le Standard & Poor's 500, plus large, reculait de 0,69% à 2.089,63 et le Nasdaq Composite cédait 0,64% à 5.069,12.

La Chine a dévalué mardi le yuan après une série d'indicateurs macroéconomiques décevants, dont une chute des exportations en juillet, ramenant la monnaie vers son plus bas niveau en près de trois ans.

Cette décision, présentée comme une mesure de libéralisation du marché mais qui fait craindre à certains le début d'une glissade durable du taux de change, voire la relance d'une guerre des monnaies, a eu pour effet de faire reculer le dollar face à un panier de devises de référence. L'euro en profite pour gagner 0,6% face au billet vert, à 1,1085 dollar.

Les ressources de base libellées en dollar comme le pétrole, le cuivre, l'or et les céréales reculent.

"La nouvelle sur le yuan renforce les craintes sur les prévisions de croissance de l'économie chinoise et cela se ressent sur les marchés", analyse Peter Cardillo, économiste chez Rockwell Global Capital.

La nouvelle d'un accord de principe entre la Grèce et ses créanciers internationaux destiné à permettra au pays de rester dans la zone euro et d'éviter une situation de défaut n'a eu que peu d'effet sur la tendance à Wall Street.

Aux valeurs, Google prend plus de 6% dans les premiers échanges, de loin la plus forte hausse du S&P-500.

Le géant d'internet a annoncé lundi une réorganisation majeure de sa structure via la création d'une nouvelle entité baptisée Alphabet, appelée à devenir la maison-mère de l'ensemble des sociétés du groupe afin de séparer le coeur de métier sur internet des autres activités plus expérimentales.

Apple perd 1,8% après un abaissement de l'objectif de cours par Jefferies, qui s'inquiète pour la demande pour l'iPhone, notamment en Chine.

(Swetha Singh à Bangalore, Patrick Vignal pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant