Wall Street: nouvelle pluie de records absolus

le
1

(CercleFinance.com) - Wall Street poursuit sur sa lancée et fait même bien mieux que les places européennes (+0,15% en moyenne): le Dow Jones (+1,15%) termine à un cheveu de la barre des 21.000, le S&P progresse de +0,6% (à 2.388), le Russel-2000 (+1%) bat un record à 1.412 (après un record absolu à 1.416).

Mention spéciale pour le Nasdaq (+0,7% à 6.025 et 6.036 au plus haut) avec le franchissement -presque sans suspens- du palier des 6.000 : plus c'est cher, plus le marché semble 'courir après le papier'.

La seule question que Wall Street semble se poser ce soir est: 'avec une tendance haussière aussi systématique et invulnérable, comment les actions pourraient-elles rebaisser, et dans ce cas le potentiel ne serait-il pas situé 10% au-dessus des niveaux actuels'?

On s'achemine vers le consensus le plus haussier jamais observé en 40 ans (depuis que ce baromètre 'bull/bear' existe).

Rien ne semble capable de l'assombrir, et surtout pas le tassement des prix de l'immobilier aux USA.

Encore moins la chute de l'indice de confiance des consommateurs américains du Conference Board à 120,3, contre à 124,9 en mars (chiffre révisé de 125,6).

Parmi les vedettes du jour, le titre Mc Donald dope le Dow Jones avec un gain de +5,5% (les ventes repartent), ce qui propulse sa capitalisation au-delà de 115Mds$ et surtout de Caterpillar (+7,8%) pour qui la présidence Trump ressemble à une bénédiction et la promesse de carnets de commandes bien remplis.

A noter également l'envolée de +5,8% de Netflix qui va emprunter 1Md$ pour muscler sa gamme de contenus exclusifs (ce qui confirme le projet dévoilé le 2 février dernier).

A noter les nouveaux records absolus sur Alphabet (+1,2%) à 875$, Tesla (+1,9%) à 314$... et la liste est longue (mais Apple avec +1% n'y figure pas, il a juste manqué 0,5% de mieux).

Bon comportement d'ensemble des valeurs pétrole/énergie, des bancaires (+1% en moyenne, Goldman Sachs prend +1,5%, JP-Morgan 0,9%) mais recul des promoteurs et des constructeurs de maisons individuelles (Pulte Group chutant de -3,8%).

Les opérateurs ont peut être fait preuve de confiance ce mardi parce que des rumeurs prêtent à Donald Trump l'intention de soumettre au Congrès une baisse l'imposition des entreprises familiales (TPE et TPI) de 33% à 15 ou 16% (d'où l'envol du Russel-2000), l'impôt sur le revenu serait lui aussi plafonné... à 33%.

Cela pourrait priver l'économie de centaines de Mds$ de recettes et Donald Trump n'envisage pas de compenser ce manque à gagner par de nouvelles taxes, si ce n'est les quelques milliards glanés via une super-TVA sur certains produits importés.

Cela pourrait inquiéter les créancier des Etats Unis mais le secrétaire d'état au Trésor, Steven Mnuchin, a déclaré que le plan fiscal présenté ce mercredi 'se financera de lui-même' par le jeu de croissance économique on n'est pas très loin de la 'pensée magique' ou de certaines promesses de campagne de candidats à la présidentielle dont chacun est bien convaincu que cela ne résiste ni à l'analyse, et encore moins à l'épreuve des faits.

Les cambistes semblent dubitatifs et redoutent que les USA ne doivent faire tourner la planche à billets, d'où au moins en partie l'explication de la rechute du $ sous le plancher annuel des 1,09/E, puis sous 1,0950.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • danalias il y a 9 mois

    Pluie de Records