Wall Street: n'a pas profité des ventes de détail.

le
0

(CercleFinance.com) - Le Dow Jones a lâché -1,05% vendredi et a reculé d'autant sur la semaine écoulée, le 'S&P' a perdu -0,85% à 2.047 points, mais le Nasdaq Composite s'en est mieux tiré avec un repli limité à -0,41% (soit -0,4% en hebdomadaire).

La spectaculaire hausse des ventes de détail américaines aurait pu motiver de solides rachats après plusieurs séances indécises consécutives aux mauvais chiffres de l'emploi publiés le vendredi précédent... mais Wall Street a paradoxalement consolidé dès les premiers échanges, puis amplifié ses pertes dans le sillage des valeurs de la distribution (en fort repli depuis mercredi soir).

Les ventes de détail ont pourtant fait un véritable bond en avant de +1,3% en avril, leur troisième plus hausse mensuelle depuis mars 2010, contre +0,8% anticipé.

Parmi les grands perdants du jour, on retrouvait sans surprise Nordstrom (-13,4%), Walmart (-2,85%, lanterne rouge du 'Dow') puis J.C. Penney (-2,8%), les trois géants de la distribution ayant dévoilé des prévisions de ventes inférieures aux attentes.

En hausse la veille puis en début de séance, Amazon, qui a semblé bénéficier d'un phénomène de 'vases communicants' au détriment des canaux de distribution traditionnels, a fini par basculer dans le rouge et a chuté de -1,1%.

La baisse des cours du pétrole, par symétrie face au rebond de +0,8% du dollar, a plombé SW -5,1%, Transocean -4,4%, Murphy -4%, Noble -3,2%, Diamond Offshore -2,8%, Chesapeake -2,6%... Oneok s'étant détaché du lot avec +1,9%.

Le secteur de l'énergie a lâché -1,25%, avec des volumes souvent étoffés, alors que les producteurs de 'shale oil' continuent de fermer des puits.

Les banques les plus exposées aux sociétés pétrolières ont subi des allègements: Wells Fargo et Bank of America ont chuté de -1,9%, JP Morgan de -1%.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant