Wall Street marque une pause après deux jours de forte hausse

le , mis à jour à 23:36
0
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS

par Lewis Krauskopf

NEW YORK (Reuters) - La Bourse de New York a essentiellement terminé inchangée jeudi, marquant ainsi une pause après deux séances de hausse prononcée, les investisseurs ayant eu à digérer de nouveaux résultats trimestriels du secteur bancaire.

L'indice Dow Jones a gagné 0,1%, soit 18,15 points, à 17.926,43. Le S&P-500, plus large, a pris 0,36 point, soit 0,02%, à 2.082,77. Le Nasdaq Composite a perdu de son côté de 1,53 point (-0,03%) à 4.945,89.

Après leur recul de la semaine dernière, le Dow Jones affiche à ce stade un gain hebdomadaire de 1,99%, le S&P 500 une progression de 1,72% et le Nasdaq Composite une hausse de 1,96%.

Le S&P 500, indice de référence des gérants de fonds, a effacé les lourdes pertes cumulées en début d'année pour avancer de 1,9% par rapport à son cours de clôture de 2015 et n'est qu'à 51,94 points, soit près de 2,5%, de son record historique de 2.134,72 inscrit le 15 mai 2015.

Le titre Bank of America a terminé sur un gain de 2,54% à 14,14 dollars, l'une des plus fortes progression du S&P 500, après que la deuxième banque américaine par les actifs a fait état d'une baisse de son bénéfice trimestriel conforme aux attentes.

L'action JPMorgan Chase, qui avait tiré Wall Street vers le haut mercredi à la suite de la publications trimestrielles avec un gain de 4,23%, a encore progressé de 1,29% à 62,59 dollars.

Le titre Wells Fargo a cependant cédé 0,51% à 48,78 dollars après l'annonce d'un bénéfice en baisse de 7%, sous le coup de plus d'un milliard de dollars de provisions pour créances douteuses liées aux "tensions importantes" auxquelles est exposé son portefeuille de prêts au secteur de l'énergie.

L'indice S&P regroupant les valeurs financières, qui accuse la plus mauvaise performance sectorielle depuis le début de l'année, a gagné 0,25%, enchaînant une cinquième séance de progression de suite, une première depuis juillet. Il reste en baisse de 3,67% depuis le début de l'année.

BAKER HUGHES, PLUS FORTE HAUSSE DU S&P 500

"Les résultats n'ont pas été trop mal mais pas suffisamment bons, et cela vaut également pour les prévisions, pour tirer le marché vers le haut comme hier et le jour précédent", a dit Peter Tuz, président de Chase Investment Counsel.

Le titre Baker Hughes a gagné 4,55%, affichant la plus forte hausse du S&P 500, après que des sources ont dit que le fonds d'investissement Carlyle était entré dans la danse pour le rachat des actifs que le groupe de services pétroliers ainsi qu'Halliburton veulent céder pour obtenir le feu vert des autorités à leur projet de fusion.

Les cours du pétrole étaient en baisse au moment de la clôture de Wall Street, les investisseurs étant découragés par un avis de l'Agence internationale de l'énergie (AIE) selon lequel un éventuel accord sur le gel de la production pétrolière entre pays de l'Opep et hors Opep aura un impact limité sur l'offre mondiale.

L'or noir pâtit également de la bonne tenue du dollar, devise dans laquelle la plupart des matières premières sont échangées, avec un indice dollar en hausse pour la troisième séance de suite. Il se rapproche de la barre des 95 après son creux de près de huit mois, à 93,627, touché mardi.

Le prix des emprunts du Trésor à 10 ans était en baisse de près de 0,3%, peut-être un signe du goût du risque retrouvé des investisseurs.

Delta Air Lines a vu son action gagner 0,94% à 48,49 dollars après que la deuxième compagnie aérienne a annoncé un bénéfice plus élevé que prévu au titre du premier trimestre.

Dans son sillage, le titre American Airlines a progressé de 3,08% à 41,17 dollars, inscrivant la deuxième plus forte hausse du S&P 500.

L'action Molson Coors (+3,02% à 95,73 dollars) vient compléter le trio des progressions les plus prononcées, peut-être portée par l'annonce d'un accord trouvé entre le gouvernement sud-africain et Anheuser-Bush InBev sur les concessions que le premier brasseur mondial doit faire pour obtenir le feu vert dans le pays à son projet de fusion avec SABMiller.

Molson Coors Brewing est près de conclure un accord de rachat du solde de MillerCoors, sa coentreprise créée en 2008 aux Etats-Unis avec SABMiller, ainsi que les droits des marques Miller dans le monde entier, pour 12 milliards de dollars (11,2 milliards d'euros), avait dit une source en novembre.

L'opération est subordonnée à la conclusion de la fusion de SABMiller, qui détient une participation de 58% dans la coentreprise, avec Anheuser-Bush InBev, avait dit la source.

Le volume a représenté dans les 6,7 milliards de titres échangés, au-dessous de la moyenne quotidienne de 7,1 milliards des 20 dernières séances, selon des données de Thomson Reuters. On dénombre 1.655 baisses contre 1.332 hausses sur le Nyse et 1.412 baisses pour 1.384 hausses sur le Nasdaq.

(Benoit Van Overstraeten pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant